Phone: +33 (0)1 48 07 40 40               
Emergency phone: +33 (0)6 03 24 81 65
Email : gvitry@lact.fr 
17, rue de Buci 75006 PARIS (France)

MODULE : LES FONDEMENTS DE L'APPROCHE SYSTÉMIQUE STRATÉGIQUE
Module accessible à l'unité sans pré-requis.
Quatre demi-journées de congrès avec plus de 25 conférences, workshop et web-trainings

"Autorité et leadership" par Claude PORTELLI


Autorité et leadership par Claudette Portelli
 

Les leaders sont des acteurs qui ont le pouvoir de persuader les autres afin de les entraîner vers un objectif défini.

Aujourd'hui, quand on parle d'autorité, on parle de personnes capables de s'imposer et d'imposer leur point de vue. Or, il ne s'agit pas du tout de cela ; Gandhi, par exemple, avait une autorité incroyable sans jamais chercher à imposer son autorité.

Le "manager minute" dit que la clé du succès, c'est l'influence et non le seul fait de l'autorité.

Quand on pense à notre approche dans laquelle on parle de tentatives de solutions, on se concentre sur la façon d'être du leader, sur la façon qu'il a d'y arriver. Et pour cela, il se doit avant tout d'être quelqu'un de flexible.

Au CTS à Arezzo, nous avons décripté les patterns d'autorité et les avons découpés en 6 types. Leur caractère commun est que ce sont tous des profils rigides :

  •  le plus classique, celui qu'on a le plus en tête, repose sur l'utilisation du pouvoir et de la pour amener les autes à obéir ; "j'ai toujours raison". Les collaborateurs sont insatisfaits, sont peu motivés, les relations se détériorent progressivement et ils quittent leur travail,
  • les hypers protecteurs, les onemen show ; capables et intelligents, ils ont tendance à faire le show, ont des difficultés à déléguer car ils pensent que les autres ne sont pas assez capables. Ils prennent sur eux et essaient de faire tout eux-mêmes. De sorte que les collaborateurs, bien que dans une zone de confort, pensent qu'ils sont de moins en moins compétents et développent un haut niveau de stress pouvant conduire au burnout,
  • les démocratiques permissifs ; ils sont toujours  ouverts à la discussion car pensent-ils, tout peut être discuté, tout doit être discuté. Ils ont peur de la discorde. Ils sont permissifs mais ne se donnent pas la possibilité de sanctionner. Cela aboutit à un nivellement de la hiérarchie et à la perte de respect des collaborateurs,
  • les sacrificiels ; ils se sacrifient pour leur mission, vivent pour travailler, se plaignent en permanence de leur charge de travail mais ne font rien pour changer la situation. Deplus, ils s'attendent à ce que les autres fassent pareil. Quel que soit le sacrifice consenti, ce n'est jamais assez,
  • les délégants : ils passent leur temps à déléguer leurs responsabilités aux autres ou même à des experts pour éviter d'être responsables des échecs, ont l'illusion que les autres vont faire mieux mais ne donnent pas de direction et ne coordonnent pas,
  • les intermittents : ils ne sont pas rigides dans leur façon d'être,  ils ont le "doute pathologique" et sont en permancence en train de changer d'idée. Pleins de doutes et de questions, ils sont ouverts à toute nouvelle proposition : internet, formation, training.... Mais il n'y a pas de fil conducteur. La stratégie change en permanence avant même qu'ils aient eu le temps de voir si ce qu'ils ont mis en place fonctionnait. Ils sont tellement flexibles qu'il n'y a pas de concrétisation. On tourne en rond, on a des difficultés pour mettre en oeuvre et atteindre les objectifs.

Un leader ne doit pas être rigide mais doit chercher à être rigoureux. Il doit se libérer des chaînes, être flexible et adaptable aux situations qu'il rencontre.

Il doit être capable de surfer sur les vagues quand il les rencontre, avoir une attitude de chercheur dans sa façon d'agir. Comme l'a dit Darwin, les espèces qui survivent sont celles qui sont adaptables au changement.

Donc les leaders efficaces sont ceux qui savent résoudre les problèmes et en faire la communication.

De la rigueur mais pas de rigidité ; les leaders doivent pouvoir sortir du cadre ; se sont des problem solvers. Et ils doivent maintenir une vision durable, être capables de la définir et de la transmettre. Ils doivent pouvoir regarder une situation de différents points de vue et, en fonction des ressources, préparer une action.

La technique appliquée à Arezzo est celle de l'alpiniste ; le principe est que lorsque l'objectif est élevé, il faut partir d'en haut en fonctionnant par étapes.  Quand un leader a la capacité de planifier rigoureusement, il ne doit pas imposer mais persuader. "Je vais les impliquer pour qu'ils aient envie de faire quelque chose."

La base

-      écouter le langage verbal et non verbal

-      demander

-      voir et offrir des alternatives

-      identifier et gérer la résistance au changement

-      faire sentir la nécessité de changer

-      construire de petits accords

-      prendre des positions de one up ou  down en utilisant une technique de communication qui gagne en influence.

 

Il ne faut pas faire de violence à la nature mais la persuader ; un leader doit savoir magnifier. Etre rigoureux certes, mais adaptable en fonction des situations et de leur évolution.

Tags: Autorité

Print Email