Tél : 01 48 07 40 40               
Urgences : 06 03 24 81 65
Mail : gvitry@lact.fr 
17, rue de Buci 75006 PARIS

LIVRE "Quand le travail fait mal"

 

Quand le travail fait mal

Auteurs : Claude de Scorraille, Olivier Brosseau, Grégoire Vitry 

Éditeur : InterÉditions

Date de sortie : Février 2017

Ce livre est le premier à proposer, en français, une méthodologie d'intervention précise et détaillée pour aborder et résoudre des situations de souffrance au travail, tant individuelles que collectives, selon l'approche interactionnelle et stratégique de l'école de Palo Alto.

Il s'adresse à tous les acteurs de l'organisation du travail impliqués, directement ou non, dans ces situations complexes, enkystées, impressionnantes ou intimidantes qui dessinent les contours des risques psychosociaux dans l'entreprise. Il propose à chacun un panorama des cas réels les plus fréquemment rencontrés dans les organisations de travail (burn-out, harcèlement, dépression, etc.), éclairés sous le prisme des processus relationnels qui les animent et complétés d'outils concrets et structurés pour aider chaque acteur mobilisé à contribuer à mettre en oeuvre et/ou à trouver des solutions efficaces et écologiques aux impasses psychologiques et relationnelles qu'ils rencontrent au travail.

 

 

“A travers une séries d’exemples d’interventions réelles, les auteurs ont réussi à faire entrer le lecteur dans l’expérience du processus de résolution de problèmes (...) Je considère donc cette lecture incontournable pour quiconque, et pas seulement les spécialistes, s’intéresse à comprendre comment l'être humain a l'habileté extraordinaire de se compliquer la vie, mais aussi l'incroyable capacité de résoudre les problèmes qu'il a lui-même créés”. 

Giorgio Nardone

“La lecture de l’ouvrage nous emmène à la découverte d’une clinique de la relation sous l’angle d’une approche stratégique. (...) Avec cet ouvrage, une porte est ouverte pour les responsables des ressources humaines et les psychologues du travail invités à développer et mettre en place (...) des modèles d’intervention dans les entreprises”.

Nathalie Duriez

Les auteurs

equipe claude 3Claude de SCORRAILLEPsychologue du travail et formée à l'approche interactionnelle et stratégique ainsi qu'à l'hypnose conversationnelle (IGB), elle a co-fondé LACT.

 Elle est spécialiste du modèle de Palo Alto depuis plus de 10 ans.

 

equipe olivier

Olivier BROSSEAU: Thérapeute et coach stratégique, formateur, associé à LACT. Formé au modèle de Palo Alto  depuis plus de 10 ans, il accompagne les entreprises sur les sujets de qualité de vie au travail et de prévention de la souffrance psychosociale.

  

equipe gregoire 2Grégoire VITRY: Il dirige LACT qu’il a également co-fondé. Il a mis en place et coordonne le programme LACT research ainsi que l’école de web-formation LACT avec CIRCÉ. Diplômé de l'EM Lyon et d'une Maîtrise MASS, il s’est formé au modèle de Palo Alto depuis 10 ans à l'IGB au CTS et chez CIRCÉ.

  

Les chapitres

    • AVANT-PROPOS DE NATHALIE DURIEZ

    • PRÉFACE DU PR. GIORGIO NARDONE

    • CHAPITRE 1 : ORGANISATION ET BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

    • CHAPITRE 2 : NOTRE MODÈLE D’INTERVENTION : L’APPROCHE SYSTÉMIQUE ET STRATÉGIQUE

    • CHAPITRE 3 : DE L’ÉPUISEMENT AU BURN-OUT

    • CHAPITRE 4 : DU BURN-OUT AU RETOUR AU TRAVAIL

    • CHAPITRE 5 : SOUFFRANCE SILENCIEUSE ET SUICIDE

    • CHAPITRE 6 : L’ADDICTION

    • CHAPITRE 7 : DU TRAUMATISME AU SYNDROME DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

    • CHAPITRE 8 : HARCÈLEMENT ET CONFLIT COLLECTIF

    • CHAPITRE 9 : LES INCIVILITÉS

    • CHAPITRE 10 : LE MAL D’AUTORITÉ

    • POSTFACE DU DR. ALEXANDRINA BEAU : LE PROJET LACT RESEARCH MESURE D'EFFICIENCE ET EFFICACITÉ DE L’APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE SYSTÉMIQUE STRATÉGIQUE

Vous pouvez trouver le livre "Quand le travail fait mal" sur Amazon

 

 

Print Email

"Autorité et leadership" : témoignage de Etienne FARRELL, Directrice d’école

Autorité et leadership à l'école.  Témoignage d'Etienne Farrell

 Qu'est-ce qui vous aide dans le management pour éviter les difficultés, les blocages ? Je préfère faire du management et du leadership en pratiquant le one down top position. Je me concentre sur une communication efficace en ne cherchant pas à imposer mes idées.

J'agis mais je fais en sorte que le gens aient envie de faire les choses par eux-mêmes, ce qui renforce la responsabilité des professeurs. Cela leur permet de se sentir plus heureux car plus satisfaits. Et s'ils sont plus heureux, c'est parce qu'ils se sentent valorisés.

Quand on atteint un objectif, ils savent qu'ils ont participé à la stratégie qui a permis d'y arriver. Je n'ai pas besoin d'imposer quoi que ce soit, il suffit d'échanger, et le seul fait d'échanger leur montre qu'ils sont impliqués dans leur travail.

Retour d'expérience : La situation à l'école était la suivante : j'avais constaté une incompéhension entre les membres des équipes et j'ai dû agir parce qu'il n'y avait plus de contrôle. Alors, j'ai réuni les équipes  et, "pour désamorcer la bombe", j'ai utilisé dans un premier temps l'humour, puis une communication plus persuasive. En m'appuyant sur l'échange, j'ai ainsi pu constater que la difficulté avait été résolue en quelques minutes.

Print Email

Généralités sur le sujet "autorité et leadership" par Claude de SCORRAILLE

Pour commencer cette intervention sur l'autorité et le leadership, je vais donner la parole à Lao Tseu dont la réflexion est particulièrement inspirante. On raconte qu'un jour, on demanda à Lao Tseu ce qu'il fallait faire pour améliorer les êtres sans les gouverner. Il répondit avec circonspection : "Soyez attentifs à ne pas troubler leur esprit. Car l'esprit humain est ainsi fait qu'il se sent opprimé par toute pression et exalté par toute incitation. Opprimé, il se sent emprisonné et exalté, il peut commettre des ravages. Souplesse et gentillesse l'emportent sur la violence et la dureté qui gèle comme la glace et brûle comme le feu."

Etymologiquement, le mot autorité vient du latin "augere" qui signifier accroître. Et accroître, c'est révéler à l'autre qu'il est capable de plus que ce qui lui a été donné par la nature.

L'autorité a pour enjeu d' être autrement plus et mieux.

Faire autorité, c'est augmenter sa propre confiance en soi cela rejaillit sur la confiance relationnelle.

Continue Reading

Print Email

"Autorité et leadership" par Claude PORTELLI


Autorité et leadership par Claudette Portelli
 

Les leaders sont des acteurs qui ont le pouvoir de persuader les autres afin de les entraîner vers un objectif défini.

Aujourd'hui, quand on parle d'autorité, on parle de personnes capables de s'imposer et d'imposer leur point de vue. Or, il ne s'agit pas du tout de cela ; Gandhi, par exemple, avait une autorité incroyable sans jamais chercher à imposer son autorité.

Le "manager minute" dit que la clé du succès, c'est l'influence et non le seul fait de l'autorité.

Quand on pense à notre approche dans laquelle on parle de tentatives de solutions, on se concentre sur la façon d'être du leader, sur la façon qu'il a d'y arriver. Et pour cela, il se doit avant tout d'être quelqu'un de flexible.

Continue Reading

Print Email

Autorité et leadership par Claude de Scorraille

On raconte qu’un jour quelqu’un demandaà Lao Tseu : « comment améliorer les êtres sans les gouverner ? »

Il répondit :

Soyez attentifs à ne pas troubler leur esprit car l’esprit de l’être humain est ainsi fait qu’il se sent opprimé par toute pression et exalté par toute incitation. Opprimé il se sent emprisonné ; exalté, il peut commettre des ravages. Souplesse et gentillesse l’emportent sur la dureté et la violence qui gèlent comme la glace ou brûlent comme le feu.

Il est important de revenir sur l’étymologie du mot autorité. Ce mot vient du latin AUGERE qui veut dire : accroitre, révéler à l’autre qu’il est capable de plus que ce qui lui a été donné par la nature, d’être autrement plus et mieux,

Quand on réussit à faire autorité on participe à augmenter sa confiance en soi dans sa propre croissance.

testimone 2

Continue Reading

Print Email

L'autorité des parents ses dessus sens dessous par Béatrice Giraudeau

L'autorité des parents ses dessus sens dessous et le règne de l’enfant roi...

par Béatrice Giraudeau - Thérapeute et coach de vie / Partnenaire de recherche LACT

Blog : Sculpter sa vie  - This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Comme je l'avais déjà écrit dans Echec et phobie scolaire, de plus en plus de parents dépassés m'appellent et me consultent pour gérer la relation avec leurs adolescents, le plus souvent déscolarisés ou déjà bien décrochés de leurs études, errant sans projet de vie, déprimés, addict aux écrans et de plus en plus au cannabis, avec qui les conflits sont devenus quotidiens, parfois menaçants et violents. Ces parents impuissants "s'arrachent les cheveux", dans le plus grand découragement et désenchantement. Ils me disent avoir tout essayé, de l'autoritarisme avec punition et interdiction, au lâcher-prise permissif et à la démission, à l'injonction d'aller consulter un psychologue, pour enfin revenir à la sanction et aux cris, sans résultats aucun, si ce n'est de renforcer l'opposition adolescente. Force est de constater qu'ils ont perdu tout contrôle sur leurs enfants, ces derniers ayant repris à leur compte une domination sur leurs parents.

béatrice
Mais que se passe-t-il? Serait-il plus difficile aujourd'hui d'avoir de l'autorité sur ses enfants? Et comment reprendre les rênes lorsque ce sont eux qui ont pris le pouvoir? Est-ce la seule et entière responsabilité des parents?
Allons faire préalablement quelques constats autour de cette problématique et y trouver des pistes de réflexion.

Continue Reading

Print Email

"Les personnes qui disent OUI ont le sens de la relation" Claude de SCORRAILLE et Sophie PETERS

Claude de Scorraille :

Ce que je remarque surtout à l’heure actuelle dans mes consultations, c’est de saluer finalement le profil des personnes qui disent "oui". Ils sont comme des Atlas qui portent la Terre sur leurs épaules.

C’est que finalement ce sont vraiment des personnes et (c’est vraiment une qualité) qui ont le sens de la relation et que, à une époque où nous sommes sur des logiques plus autocentrées individuellement pour pleins de raisons, finalement ces personnes là sont mal considérées alors qu’on pourrait dire qu’elles présentent des qualités au départ tout à fait indicatives de ce vers quoi peut-être, il s’agirait de tendre aujourd’hui dans une société comme la notre.

Continue Reading

Print Email

" Comment poser des limites dans un cadre professionnel ? " par Claude de SCORRAILLE

Les gens qui ont un problème de reconnaissance de soi - "on ne me voit pas, on ne me rétribue pas à ma juste valeur" - compensent en disant oui. "J'ai un sens de la relation, donc je dis oui".

Ils se positionnent ainsi sur une logique relationnelle plutôt que sur une logique d'intérêt personnel.

Dans une relation, il y a la relation et les protagonistes qui sont aux  extrémités de cette relation.

Mais quand l'estime de soi est engagée, en compensant, on déborde sur le périmètre de responsabilité de son interlocuteur et on assume des responsabilités qui sont celles de l'autre, ce qui peut avoir deux conséquences :

  • Soit ce type de comportement peut être jugé invasif et l'autre va réagir très très mal ; il se sent agressé
  • Soit l'autre va en profiter, et c'est lui qui sera le lauréat  de ce à quoi ça profite. Là où c'est visible, c'est sur le territoire de l'autre et là où c'est invisible, c'est sur notre propre territoire de responsabilité. 

Continue Reading

Print Email

" Savoir dire NON : étude de cas " par Olivier Brosseau

Cédric est un journaliste de 48 ans, autodidacte, consciencieux et fiable. Il aime profondément  son métier et le vit comme un aboutissement. Il travaille en binôme avec Julia, jeune femme motivée, ambitieuse et très centrée sur sa carrière.

Cedric trouve progressivement que ses conditions de travail deviennent difficiles et déplore que les valeurs de ce métier se perdent, sont de moins en moins respectées, non seulement par Julia mais de façon plus globale, en voyant la manière dont il est en train d'évoluer.  

Il souffre d'anxiété, de troubles du sommeil, d'angoisse. Sa femme s'inquiète pour sa santé et cette situation a des conséquences directes sur les relations du couple qui se tendent.

Au travail, Cédric se montre plutôt conciliant mais laisse transparaître des sautes d'humeur, fait des réflexions acides à Julia comme s'il cherchait à "lui faire payer" ce qui le met mal à l'aise.  C'est comme s'il disait oui à la relation mais pas jusqu'au bout.

Continue Reading

Print Email

" Les contextes où dire NON est difficile " par Olivier Brosseau

Savoir dire non, c'est savoir poser des limites. Ce n'est pas sans difficulté, que ce soit au travail ou dans sa vie personnelle.

Cette difficulté est une difficulté pour soi même ; "je voudrais faire autrement mais je ne peux pas". Cette problématique peut survenir face à des personnes intimidantes, autoritaires, exigeantes, ou au contraire fragiles et qui en profitent généralement bien ; dans ce cas, on a peur de leur faire de la peine. Ou encore des personnes envahissantes qui prennent de la place....

Mais savoir dire non, c'est savoir dire oui. La question étant alors de savoir à quoi l'on dit oui.

Print Email

" Savoir dire NON : comment délimiter son périmètre de responsabilité. " par Olivier BROSSEAU

Pouvoir délimiter son périmètre de responsabilité est un enjeu essentiel.  Central dans l'apprentissage du "savoir dire non", il va être travaillé en intervention. Nous avons utilisé les images et les recadrages. Nous avons vu à quoi pouvait conduire un mauvais oui , un oui qui n'a plus de valeur, qui ressemble davantage à du gravier qu'à des diamants : à se faire marcher dessus bien sûr....

Les personnes qui éprouvent ce type de difficulté, ne sont pas à l'aise avec cela. Ils ont l'impression que leur valeur n'est pas reconnue.

Fixer des limites implique un risque de confrontation quand on n'est pas entrainé et l'on va avoir tendance à l'évitement.

Continue Reading

Print Email