Tél : 09 67 01 21 65               
Urgences : 06 03 24 81 65
Mail : gvitry@lact.fr
17, rue de Buci 75006 PARIS

Etude de cas - Menaces ou tentative de suicide dans le cadre du travail: prévenir et agir

Capture decran 2015 04 20 a 13.34.07Le contexte

Le cas que nous vous présentons est celui d'Alice, une jeune assistante administrative, et de son supérieur hiérarchique,  Adrien.

Alice est perçue comme ayant des problèmes personnels.

Un jour, elle vient se plaindre auprès de Xavier, son N+2 du traitement que lui réserve Adrien. Au cours de cette discussion, Alice sort tout à coup de son sac des médicaments et les avale.

On appelle les pompiers, Alice est conduite à l'hôpital et est très vite hors de danger.

C'est une tentative de suicide qui se traduit par un arrêt de travail d'une semaine prescrit par le médecin.

La DRH minimise l'événement et communique sur le fait que le geste d'Alice n'est pas lié au travail.


Pendant cet arrêt de travail, elle entend que "c'est trop compliqué de travailler avec Alice".

Et une Assemblée extraordinaire du CHSCT est organisée avec la DRH et le médecin du travail et il est décidé qu'Alice sera dispensée d'activité et ne reviendra pas. Adrien est très ébranlé.


La DRH organise parallèmement un groupe de travail sur cette thématique, puis, dans le doute, se demande si c'est appropriée. C'est alors qu'elle contacte LACT.

Notre diagnostic

Notre diagnostic est qu'Alice présente une insécurité personnelle et va chercher à se montrer irréprochable.

Les tentatives de solution

Des tentatives de solution sous-tendues par une logique de contrôle de la part de tous les protagonistes

  • Alice va chercher à être rassurée. Elle sollicite énormément l'attention d'Adrien. Or, Adrien a choisi Alice par défaut ; notons qu'elle est en CDD. Son insistance la rend très agaçante.
  • Néanmoins, Adrien va chercher à la protéger. Il est particulièrement attentif et patient avec elle, ce qui nourrit l'impatience et l'insécurité d'Alice. Puis un jour, il perd son sang froid.
  • Il est dans une dynamique de contrôle. Sa stratégie : investir sur elle pour qu'elle devienne autonome. Ce choix le conduit de désillusion en désillusion ; il prend sur lui et passe de plus en plus de temps avec Alice. En se disant "Peut-être que ça va marcher." Jusqu'au moment où il explose de colère et tient des propos qui dépassent sa pensée.
  • La tentative d'apaisement déployée par Xavier est une nouvelle tentative de contrôle ; Alice voit rouge. Et sa tentative de suicide est un ultime geste de contrôle.

Toutes ces tentatives de solution convergent vers la protection.

La DRH essaie de dissimuler que ce suicide est lié au travail, le CHSCT ne dit rien du contenu de la séance qu'il a tenue, la DRG essaie de dispenser Alice de revenir dans l'entreprise.

Au final, un accord a été trouvé pour Alice mais la situation reste d'actualité pour Adrien.

Les conséquences pour lui, c'est qu'il se sent coupable mais trouve la situation injuste. Il se méfie pourtant de ses conduites relationnelles professionnelles et personnelles.

Quelles ont été en l'espèce nos recommandations ?

En premier lieu, nous avons dit : ne pas dramatiser au-delà de la situation actuelle.

Tout le monde a dans un premier temps repris le travail. Alice également.

Il ne faut pas pour autant non plus banaliser une tentative de suicide au travail 

Assumer la situation difficile est donc la bonne réaction puis détecter des cas de salariés choqués et/ou déstabilisés.

Quel a été le dispositif que nous avons mis en place ?

Nous avons effectué un diagnostic opératoire en pratiquant des entretiens individuels pour éclairer de tous les points de vue la situation. Alice ne faisait alors plus partie de la société.

Puis, nous avons procéder à une restitution orale à la DRH et à la DG. Là, l'action ciblée a été le constat de souffrance au travail accompagnée et d'un stress très fort d'Adrien.

Stratégie d'intervention

Elle a suivi 2 axes

  • Nous avons effectué un recadrage sur la notion de protection aurprès de la DRH et de la DG. Et nous avons proposé un moment partiulier pour rassurer et responsabiliser.
  • Nous nous sommes attaché à soulager le stress et la souffrance d'Adrien et à le sortir de sa position fragile. Adrien a découvert sonTalon d'achille et s'est rendu compte de sa fragilité.

Plus globalement au sein de l'entreprise, nous avons contribué à installer une meilleure autorité, avons appris aux uns et aux autres à mettre des limites, à ajuster le management. La confiance a été restaurée entre Xavier et Adrien.

Adrien avait honte, se sentait jugé et avait perdu confiance. Il a trouvé les ressources nécessaires à son rétablissement.

Mots-clés: Etude de cas, LACT, Qualité de vie au travail, menace, suicide, la clinique du travail, tentative de suicide

ImprimerE-mail