Tél : 01 48 07 40 40               
Urgences : 06 03 24 81 65
Mail : gvitry@lact.fr 
17, rue de Buci 75006 PARIS

"Les personnes qui disent OUI ont le sens de la relation" Claude de SCORRAILLE et Sophie PETERS

Claude de Scorraille :

Ce que je remarque surtout à l’heure actuelle dans mes consultations, c’est de saluer finalement le profil des personnes qui disent "oui". Ils sont comme des Atlas qui portent la Terre sur leurs épaules.

C’est que finalement ce sont vraiment des personnes et (c’est vraiment une qualité) qui ont le sens de la relation et que, à une époque où nous sommes sur des logiques plus autocentrées individuellement pour pleins de raisons, finalement ces personnes là sont mal considérées alors qu’on pourrait dire qu’elles présentent des qualités au départ tout à fait indicatives de ce vers quoi peut-être, il s’agirait de tendre aujourd’hui dans une société comme la notre.

 Leur soucis c’est que, alors qu’elles sont très intéressées par le sens relationnel, elles finissent, et c’était le drame d’Atlas si vous reprenez la mythologie, c’est que à un moment donné ça devient insupportable pour la relation et que ce dont de soi que l’on fait au nom de le relation il est important de :

  • soit l’assumer complètement et la cause est belle. Et c’est au nom du travail, au nom de l’autre. Mais c’est un sacrifice total de soi et on peut l’assumer.
  • soit il est important de faire valoir, pour que la relation soit meilleure.

Parce qu'une relation c’est deux protagonistes et ensemble ils interagissent et ça donne une nature à la relation qui est profitable aux deux et à chacun.

Sophie Peters :

J'aurais envie de rebondir sur ce que vient de dire Claude pour confirmer son point de vue selon lequel, en effet, ce don de soi que l'on fait dans la relation, soit on l'assume complètement, soit on ne le peut pas.

Il y a parfois beaucoup de détresse derrière le "trop bonne trop connne" car on dévalorise une valeur humaniste de personnes qui sont résolument dans l'humain et qui sont dans l'auto-flagellation, ce qui est très paradoxal, "c'est comme si l'image était décentrée et que l'on sous-endendait que les méchants, les gens qui agissent de façon personnelle, les individualistes, sont plus protégés et plus performants dans la société." C'est pourquoi il est très important, comme le dit Claude, de remettre les choses au bon endroit, de recadrer.

Car les gens qui ne savent pas dire non sont performants et plutôt perfectionnistes.

D'où l'importance de leur confirmer que leurs valeurs sont justes au regard de l'humain, qu'il s'agit d'un simple ajustement de la relation et non pas d'une remise en cause de leur oui.

 

Mots-clés: dire non

Imprimer E-mail