Tél : 01 48 07 40 40               
Urgences : 06 03 24 81 65
Mail : gvitry@lact.fr

Consultations Addictions

  • Italian (IT)
  • Spanish (IS)
  • English (UK)

La clinique de la relation pour redonner de la souplesse et mieux travailler

Quand le travail fait mal0

Comment affronter la souffrance au travail ? Quand le travail fait mal, ouvrage paru en février 2017 chez InterEditions, écrit par Claude de SCORRAILLE, Olivier BROSSEAU et Grégoire VITRY, fondateurs du Cabinet LACT de Paris, répond à cette question capitale et toujours actuelle en proposant une méthode thérapeutique innovante, capable de donner des résultats dans des temps rapides. En voici une présentation extraite du livre.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Troubles alimentaires - Introduction d'une transgression alimentaire par l'entourage ?

L'entourage tente de faire manger la personne. Il va essayer verbalement en disant, "mange, mange....vas-y, mange quelque chose". Nous, nous faisons différemment ; nous modifions radicalement le régime en incitant la personne à manger très peu de certains types d'aliments sélectionnés.
La chose la moins anxiogène est de faire une toute petite transgression. Comme s'il s'agissait de goûter une quantité minimale de quelque chose que la patiente s'est interdit depuis longtemps : un petit biscuit, un petit morceau de pizza, une ships......Et la patiente ne va pas ressentir cela comme dangereux car cette action ne met pas en danger son équilibre.
Bien sûr, au fur et à mesure de la thérapie, la quantité va augmenter. La famille va pouvoir observer ces petits changements, ce qui est important, surtout s'il s'agit d'une mineure.
Et pratiquer la conjuration du silence pour arrêter la tentative de solution afin que la jeune fille prenne sur ses épaules la responsabilité de son problème.

Imprimer E-mail

Troubles alimentaires - La réaction d'un anorexique lorsqu'il prend du poids ?

Cette technique de la petite transgression s'applique dans le cadre d'un scénario plus complexe. L'adolescente anorexique est en grand danger par rapport à son poids. Donc, nous commençons la séance en lui disant que soit elle nous suit, soit elle va à l'hôpital.
Nous devons l'amener à comprendre que c'est très important pour elle de travailler avec nous (on a affaire à des adolescentes qui manifestent une grande résistance) en montrant l'alternative de l'hôpital sous un jour horrible : absorption des nutriments par le biais de tuyaux dans le nez.
On crée de cette façon une peur plus grande.

Imprimer E-mail

Troubles alimentaires - Le "Vomiting" fait-il partie des TOC ?

Le vomiting c'est manger et vomir de façon compulsive. C'est un trouble qui peut avoir pour base l'anorexie ou la boulimie.. Le fait de vomir peut paraître une solution de la patiente qui ne veut pas grossir. Ce trouble devient peu à peu un plaisir compulsif. La personne atteinte finit par vomir par plaisir, très fort. Elle organises les moments où elle mange avec exagération pour pouvoir ensuite vomir. Ce schéma constitue le plaisir de la personne.
Ce trouble existe depuis longtemps. Epicure mangeait et vomissait pour le simple plaisir de le faire "le principe est la racine de tout bien et le plaisir du ventre".
Le psycho piège est le vomi : l'amant secret. Un démon dont la personne n'arrive pas à se libérer. C'est un moment de plaisir en même temps qu'une torture

Imprimer E-mail

Boulimie et Binge eating : Introduire le régime paradoxal

La technique du régime paradoxal consiste à demander à la patiente de réussir à renoncer au plaisir en se donnant du plaisir ; dans les 3 repas principaux, elle doit uniquement manger ce qu'elle aime le plus. La personne n'aura ainsi pas la perception que cette nourriture est aussi désirable que cela et elle réussira à y renoncer. La qualité va surpasser la quantité.
Le deux!ème aspect est la régulation de la quantité de nourriture absorbée. En plus, elle devra manger pendant les repas. C'est aussi un facteur de limitation de la quantité quotidienne. La personne va commencer par consommer de l' hyper calorique ; après, elle va réassumer la nourriture dont son corps a besoin, ce qui va engendrer un rapport plus sain avec la nourriture. Bien évidemment, il faut pratiquer cette technique dans le cadre d'une thérapie en associant d'autres techniques et pratiquer une activité non pas dans le but de brûler des calories, mais basée sur le plaisir car sinon, la personne aura tendance à l'abandonner.

 

Imprimer E-mail

Troubles alimentaires - La technique de l'intervalle en vomiting

C'est essayer de modifier la fréquence. Nous allons dire à la personne "je ne vais pas te demander d'arrêter car tu ne serais pas en mesure de renoncer, mais à chaque fois, tu feras cette petite chose : quand tu manges, tu as envie de courir aux toilettes pour vomir, soit. Regarde ta montre et attends une heure sans rien manger ni boire. Dans une heure, tu iras à la salle de bains."
Cette technique brise la séquence du plaisir manger-vomir.

  • elle va arrêter de manger par peur de grossir
  • elle va réduire la quantité de nourriture

 

Lire la suite

Imprimer E-mail

Anorexie - Le petit désordre qui maintient l'ordre

C'est un phénomène très répandu dans les sociétés occidentales car la nourriture est aussi un plaisir. Dans les pays où se nourrir est un besoin, on ne rencontre pas de troubles alimentaires.

Ce ne sont pas des maladies mais des problèmes complexes pour lesquels il convient de trouver des solutions rapides et efficaces.

Nous allons parler de l'anorexie, de la boulimie et du vomiting. Chacun de ces troubles demande un protocole spécifique et plusieurs démarches thérapeutiques.

L'anorexie

C'est un des troubles les plus connus. Il fait très peur car une des conséquences peut être la mort. Mais il est en voie de diminution. D'autres pathologies au contraire se développent : le vomiting par exemple.

Pathologie de l'adolescence et touchant généralement des femmes jeunes, belles, douées dans le travail. Ces filles commencent à renoncer à manger. Cette abstinence s'étend progressivement à la privation de tout ce qui donne du plaisir.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Tentative de suicide : La parole d'honneur et la disponibilité du thérapeute

"Dans le lien que représente la parole d'honneur, je perçois la notion d'aide qui me gêne un peu, notamment la disponibilité permanente dont vous avez parlé." Elle n'est pas toujours indispensable mais comme ce sont des situations dramatiques, c'est mieux.
Ce n'est toutefois pas la même chose si la personne dit "J'ai fait une tentative de suicide il y a plusieurs années" ou si elle dit "je viens de faire une tentative de suicide".
Dans tous les cas, il faut évaluer si le risque est élevé ou s'il s'agit d'une faiblesse liée au passé. Si le risque est élevé, la disponibilité est indispensable.

Imprimer E-mail

Ce site utilise des cookies laissés sur votre ordinateur pour stocker des informations liées à votre expérience de navigation et vos préférences.