Tél : 01 48 07 40 40               
Urgences : 06 03 24 81 65
Mail : gvitry@lact.fr 
17, rue de Buci 75006 PARIS

Les perfectionnistes sont de bons candidats au burn-out

Entretien avec Claude de Scorraille publié dans ÇA M'INTÉRESSE SANTÉ (Automne 2017)

Ce mal de l'époque est devenu le symbole de la souffrance au travail. Claude de Scorraille, psychothérapeute, propose de l'aborder non pas comme une pathologie de l'individu mais comme un trouble de la relation entre cet individu et la société.

Ça m'intéresse Santé: Le bu rn-out, c'est quoi exactement?

Claude de Scorraille : Le terme est dû à Herbert Freudenberger, un psychanalyste qui s'occupait de toxicomanes à New York dans les année 1970. Ses patients se disaient comme "consumés" par des flammes, laissant un vide immense à l'intérieur. Il a repris cette image quand il a traversé à son tour une grosse dépression. Il a alors qualifié son état de burn-out, qu'il a lui-même traduit en français par «brûlure interne». On parle aujourd'hui plutôt de «syndrome d'épuisement professionnel», qui touche surtout des métiers qui demandent un investissement personnel, avec de grosses charges de travail. Les caractéristiques de l'époque contemporaine ont évidemment accentué le risque, avec les technologies de communication qui gomment la frontière entre travail et vie privée, mais aussi avec l'impératif de résultats, de performance. 

Lire la suite

Imprimer E-mail

Harcèlement : comprendre le processus avant de blâmer

Quand le travail fait mal

Nous voyons tous les jours que dans les cas de harcèlement la première réaction des médias et de l’opinion publique est d’essayer de trouver un coupable, un responsable de la souffrance sur le lieu de travail. Ce qui fait perdre de vue la dimension interactionnelle des faits de harcèlement. Claude de SCORRAILLE, dans son livre Quand le travail fait mal (InterÉditions) nous éclaire à ce sujet. Voici un extrait du chapitre dédié à la résolution des problématiques de harcèlement.

Il n’y a pas de « harceleur-bourreau », pas de « harcelé-victime », mais une relation complémentaire rigide dans laquelle deux individus se retrouvent prisonniers. Le processus de harcèlement est un peu comme une “danse interactionnelle” entre deux partenaires qui sont respectivement bloqués en position haute et en position basse, chacun cherchant à défendre sa vision de la situation. La relation se retrouve coincée dans un jeu sans fin, avec un perdant et un gagnant.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Approche systémique et stratégique et Transformational Breath® / Systemic and strategic approach and Transformational Breath®

Approche systémique et stratégique et Transformational Breath® : deux portes d’entrée pour modifier « la chaine du trauma » et transformer nos expériences.

Marc Brunet - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / +33 7 87 20 11

Marc a présenté une approche psycho-corporelle complémentaire de l’approche systémique stratégique appelée TRANSFORMATIONAL BREATH® (‘TBr’ dans le reste du texte) dont voici un résumé :

Il utilise cette technique soit en complément de l’intervention systémique et stratégique, soit en outil de développement personnel. Cette technique s’intéresse à libérer les blocages au niveau corporel, à intégrer les émotions bloquées ou refoulées. En conséquence, la qualité de notre présence augmente dans nos interactions avec nous, avec les autres, avec le monde.

Si nous acceptons l’idée suivante : certains des problèmes dits psychologiques, sont aussi (et certainement avant tout) des problèmes physiologiques ; alors nous pouvons définir une « chaine du trauma » : évènement extérieur à appareils perceptifs sensoriels à cerveau reptilo-lymbique (simple transmission selon les neurosciences) à corps. Le corps peut réagir suivant trois grandes catégories : fuite/combat/figement. En bout de chaine, l’état du corps est alors modifié suite à l’évènement extérieur ; un certain nombre de maladies psychosomatique peuvent d’ailleurs se développer. Certains auteurs parlent aussi de « tension neuro-musculaire » créée. Modifier ces tensions au niveau du corps, va aussi changer le fonctionnement de la chaine et nous faire vivre différemment nos expériences. C’est aussi (via la TBr) est une porte d’entrée au changement de l’expérience, en complément ou soutien des expériences émotionnelles correctrices (faire vivre stratégiquement un nouvel évènement extérieur pour remodifier ce qui ancré dans le corps et l’appareil sensoriel).

Lire la suite

Imprimer E-mail

Résoudre les conflits entre parents et adolescents avec la thérapie systémique et stratégique

Cas illustré d'une thérapie à distance avec les parents

Par Béatrice Giraudeau thérapeute systémique et stratégique et hypnothérapeute  - partenaire Lact research - 06 09 37 85 65
Blog : sculpter sa vie - Site : Thérapies brèves et hypnose

 

TelLa thérapie à distance: pour toutes les personnes isolées, voyageant beaucoup, au rythme de vie trépidant ou qui n'ont pas accès au thérapeute de leur choix près de chez eux, je propose des thérapies à distance via le téléphone ou Skype. Exception faite pour l'hypnose que je ne pratique qu'en face à face.Voir la thérapie à distance dans mon site thérapies brèves et hypnose.  

La thérapie systémique et stratégique: C'est une révolution de la psychothérapie, qui ne cherche pas à analyser le passé, ni à en comprendre les causes, mais cherche à identifier comment le problème se maintient dans le présent, prenant en compte la complexité de l'environnement ainsi que l'interaction des personnes concernées par le problème

Cette approche systémique et stratégique est avant tout une thérapie du changement, orientée vers une résolution de problèmes dans l'ici et maintenant. Le changement est une donnée permanente, voire inévitable ; ce sont le regard du patient focalisé sur son problème ainsi que toutes ses tentatives infructueuses et répétées à régler celui-ci, qui bloquent l’issue de l'amélioration et du changement.

La personne "demandeuse d'aide" n'est pas toujours celle qui "porte le symptôme", ce qui représente 95% des cas dans les conflits parents/enfants. 

L'approche systémique s'attache à trouver des portes d'entrée et des leviers d'intervention, et l'on travaillera préférentiellement avec les parents sur les interactions avec leurs enfants, d'autant plus si ces derniers sont des adolescents, intrinsèquement mobilisés dans l'opposition et la résistance.
Les contraindre à venir ne facilite pas le déblocage de la situation et les désigne comme étant "la cause du problème", facteur aggravant de leur résistance.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Faire autorité : un enjeu difficile

Quand le travail fait mal

 

Faire autorité devient aujourd’hui de plus en plus compliqué : dans un contexte économique et sociale qui marche sur la voie de la décentralisation, l’autonomie devient une des valeurs centrales. Toutefois nous avons toujours besoin des leaders. Claude de SCORRAILLE, Olivier BROSSEAU et Grégoire VITRY soutiennent dans leur livre, Quand le travail fait mal, que la clé d’un bon exercice de l’autorité est dans la bienveillance.

On raconte qu’un jour quelqu’un demanda à Lao Tseu : “comment améliorer les êtres sans les gouverner ?”. Il répondit : "Soyez attentifs à ne pas troubler leur esprit car l’esprit de l’être humain est ainsi fait qu’il se sent opprimé par toute pression et exalté par toute incitation. Opprimé il se sent emprisonné ; exalté, il peut commettre des ravages. Souplesse et gentillesse l’emportent sur la dureté et la violence qui gèlent comme la glace ou brûlent comme le feu.”

Lire la suite

Imprimer E-mail

Souffrir en silence au travail : quels sont les risques ?

Quand le travail fait malNe pas parler de sa souffrance avec ses collègues n’est pas toujours le choix plus courageux. « Ce que les yeux ne voient pas, le cœur ne s'en soucie pas » n’est pas toujours la bonne stratégie. Si poussée à l’extrême, les conséquences peuvent être parfois très dangereuses. Dans Quand le travail fait mal, les auteurs nous présentent les dangers (et les solutions) d’une souffrance cachée et jamais dévoilée.

 Cédric est un exemple de souffrance silencieuse au travail, difficile à dépister.  Aucun signe avant-coureur sérieux, mais lorsque le seuil de saturation est atteint, des réactions disproportionnées peuvent faire l’effet d’une bombe. Il nous confie : “Un jour, je me suis fait une peur bleue : j’avais le moral en berne, j’étais dans ma cuisine en train d’éplucher des légumes, et j’avais le couteau dans la main. Et là, ça a été fulgurant, en une seconde, j’ai eu une vision : et si je me l’enfonçais dans la main ou dans le bide ? Je me suis senti mal. Je me suis inquiété et j’ai décidé d’aller voir la DRH et de me casser au plus vite de ce boulot, de voir autre chose, vite, de faire autre chose, de trouver le plus vite possible un autre truc dans la boîte ».

Lire la suite

Imprimer E-mail

Web-conférence "Préparer son retour au travail après un burn out" - Intervention de Valérie Bernard

En tant que RH, j'ai eu ainsi l'occasion d'être confrontée à des cas d'épuisement professionnel et peux apporter mon témoignage sur les constats, les types d'intervention et les moyens qu'il est possible de mettre en oeuvre avec succès, aussi bien en amont qu'en aval.

Souvent le cas d'épuisement professionnel est la conséquence d'une incompréhension de ce que l'entreprise vit et des transformations qui impactent les personnels.

Les causes étant multiples, les interventions le sont aussi. Dans tous les cas de figure, il est important que le RH soit proche du management.

Lire la suite

Imprimer E-mail