Tél : 01 48 07 40 40               
Urgences : 06 03 24 81 65
Mail : gvitry@lact.fr

Consultations Addictions

Découvrez nos formations !
Quatre demi-journées de congrès avec plus de 25 conférences, workshop et web-trainings

Étude de cas et réaction des médecins sur le burn out - Amicale des médecins du 14è et Montrouge

Capture decran 2015 03 25 a 12.42.52

Intervention des médecins lors de la conférence sur le burn out
présentée par le cabinet LACT

 

Grégoire Vitry : Que pensez-vous de la situation ?

Réponse commune:

C’est une solution d’évitement. On pourrait penser qu’elle a eu raison.

Il y a beaucoup de gens qui ne veulent pas céder et reconnaître qu’ils sont diminués et surtout, reprendre la décision de travailler après 6 mois d’arrêt de travail.

Grégoire Vitry : D’autres réactions?

Réponse commune:

« Le désir, peut-être,d’une réorientation professionnelle »

 

Interventions par rapport au diagnostic opératoire du cabinet

Intervention du médecin n°1:

« Ce qu’elle vit à son travail était révélateur de problème de fond qu’elle avait antérieur à son travail.
C’est évident qu’elle avait des problèmes avant son travail et ce qu’elle vit à son travail est révélateur des problèmes qu’elle a.
C’est sur!! »

Intervention du médecin n°2

« Je ne suis pas d’accord! Un burn out ou des situations comme celle des gens très forts et très puissants peuvent les mettre à plat.
Ca ne veut pas dire qu’il n’y avait rien avant.  Le problème c’est que l’on ne peut pas du tout déterminer comment elle était avant.
Par contre dans une situation de débordement, elle peut se retrouver affaiblie.
Le fait qu’elle revienne au boulot et dans un poste subalterne et apparemment, dans un poste sans intérêt, montre déjà,
qu'elle n’est pas du tout guérie. »

Intervention du médecin n°3

« Un des effets du burn out, c’est de se sentir dévalorisé ou incapable de remplir sa mission.
La remettre dans une mission subalterne c’est peut-être un mauvais choix.
Je pense que la reprise est trop précoce même si ça révèle des problèmes antérieurs. 
Si on considère qu’il y a un burn out, le choix de faire une reprise dans un poste inférieur, c’est la mettre en danger. »

Intervention du médecin n°4

« C’est son rôle, enfin derrière la hiérarchie. Elle a accepté la revalorisation. Donc, elle a reconnu qu’elle n’était pas bien.
Oui son entreprise a accepté en croyant lui faire du bien.
Elle n’a pas trouvé de revalorisation, il fallait que ce soit temporaire et qu’après, on lui dise qu’elle doit faire ses preuves. »

Intervention du médecin n°5

« Comme dit la dame, elle aurait pu reprendre son poste mais à mi-temps. »

2e intervention du médecin n°3

« Dans ces cas là, si on considère que ca fait décompenser une pathologie qui était sous-jacente, elle est inapte.
A un moment donné, on la fait redescendre d’une marche et puis de tout façon, ça va se terminer vers la sortie. »

2e intervention du médecin n°1

« Elle a repris trop tôt!! Elle aurait dû aller vous voir 3 mois après son burn out. Elle a attendu 6 mois pour faire une démarche sérieuse sur son burn out. Maintenant, ce qui est intéressant c’est de savoir c’est: « Qu’a-t-elle fait pendant les 6 mois où elle était en arrêt de travail? 
C’est la seule chose qui est intéressante à savoir à mon avis. Et là, ce n’est pas un arrêt de travail, les uns après les autres. »

Etiquetas: Etude de cas, LACT, conférence, reactions des medecins,, amicale des medecins du 14e et de Montrouge, conférence sur le burn out

Imprimir Correo electrónico

Ce site utilise des cookies laissés sur votre ordinateur pour stocker des informations liées à votre expérience de navigation et vos préférences.