Lact - Représentant Ecole Palo Alto

Représentant
École de Palo Alto

Centre de formation, intervention et recherche

Approche systémique stratégique et hypnose

      Devons-nous réfléchir à la manière dont nous gérons les campagnes de santé mentale. Alors que la santé mentale est devenue un sujet majeur des entreprises, cet article décrit l’importance des campagnes sur la santé mentale. Comment sont-elles mises en place ? Quelles sont leurs résultats ?

      campagnes de santé mentale

      Ces dernières années, la santé mentale a fait l'objet d'une attention et d'une reconnaissance accrues en tant qu'aspect important du bien-être général. Les efforts de sensibilisation aux problèmes de santé mentale se sont considérablement accrus, avec des campagnes, des initiatives et des débats visant à réduire la stigmatisation et à promouvoir les comportements de recherche d'aide. Mais existe-t-il un lien entre les efforts de sensibilisation à la santé mentale et la prévalence déclarée des problèmes de santé mentale ? En examinant les facteurs potentiels en jeu et les preuves empiriques, nous pouvons mieux comprendre cette question complexe.

      Réduction de la stigmatisation

      Les efforts de sensibilisation à la santé mentale ont contribué à un dialogue plus ouvert et public autour des questions de santé mentale. Cela a permis de briser des stigmates de longue date, en encourageant les individus à partager leurs expériences et à chercher de l'aide. Les campagnes de sensibilisation à la santé mentale ont permis d'accroître la disponibilité des informations et des ressources. Cela a permis aux individus de mieux comprendre la santé mentale, d'en reconnaître les symptômes et de rechercher l'aide appropriée en cas de besoin.

      Les efforts de sensibilisation à la santé mentale ont permis de réduire la stigmatisation associée aux troubles mentaux. Cela a créé un environnement dans lequel les individus se sentent plus à l'aise pour révéler leurs difficultés et demander de l'aide, ce qui a conduit à une augmentation des signalements. Les initiatives de sensibilisation ont amélioré les connaissances en matière de santé mentale, permettant aux individus de reconnaître et d'étiqueter leurs symptômes de santé mentale. Cette meilleure compréhension peut contribuer à un taux de signalement plus élevé, car les gens sont plus conscients de leurs problèmes de santé mentale. Plusieurs facteurs sociétaux, tels que l'augmentation des niveaux de stress, l'évolution de la dynamique sociale et l'évolution des normes culturelles, peuvent également contribuer à l'augmentation du nombre de problèmes de santé mentale signalés. Si les efforts de sensibilisation à la santé mentale peuvent faciliter l'identification et le signalement, ces facteurs contextuels plus larges doivent être pris en compte.

      Promotion et reconnaissance

      Des ressources considérables ont été consacrées à la sensibilisation du public aux problèmes de santé mentale. Les efforts de sensibilisation à la santé mentale ont indéniablement entraîné des changements positifs en réduisant la stigmatisation, en encourageant les comportements de recherche d'aide et en mettant les individus en contact avec les services de soutien nécessaires. Ces initiatives ont fourni des plateformes pour l'éducation, l'empathie et la construction de la communauté.

      Si les campagnes de sensibilisation à la santé mentale sont essentielles, il est crucial de reconnaître les conséquences involontaires potentielles. Bien que les objectifs soient admirables, on se rend de plus en plus compte qu'ils peuvent entraîner une escalade dans le signalement des "problèmes de santé mentale", en particulier dans les catégories d'âge les plus jeunes. Dans un article intéressant sur l'hypothèse de l'inflation de la prévalence, Foulkes et Andrews (2023) affirment que les efforts de sensibilisation à la santé mentale conduisent à un signalement plus précis de symptômes auparavant sous-reconnus, ce qui, selon eux, est un résultat bénéfique, mais, deuxièmement, ils proposent que les efforts de sensibilisation conduisent certains patients à signaler des problèmes de santé mentale, ils proposent que les efforts de sensibilisation conduisent certaines personnes à interpréter et à signaler des formes plus légères de détresse comme des problèmes de santé mentale, ce qui peut conduire à une véritable augmentation des symptômes chez certaines personnes, car le fait d'étiqueter la détresse comme un problème de santé mentale peut parfois affecter l'image de soi et le comportement d'une personne d'une manière qui, en fin de compte, se réalise d'elle-même.

      Réservez une consultation en cabinet à Paris Montorgueuil ou à distance en visio-conférence

      Nous recevons nos patients du lundi au vendredi. 
      Pour prendre un rdv vous pouvez nous appeler au +33 (0) 1 48 07 40 40 
      ou au +33 (0) 6 03 24 81 65 ou bien encore le fixer directement en ligne
      en cliquant ici :

      Des résultats mitigés

      Des résultats mitigés

      Les études empiriques examinant la relation entre les efforts de sensibilisation à la santé mentale et la prévalence déclarée des problèmes de santé mentale ont donné des résultats mitigés. Certaines études suggèrent une association positive, tandis que d'autres ne constatent aucune corrélation significative, voire une diminution des problèmes de santé mentale signalés. La complexité de la mesure de la santé mentale, les variations dans les méthodologies d'enquête et les biais de déclaration potentiels doivent être pris en compte lors de l'interprétation des résultats de la recherche. Ces facteurs peuvent influencer les taux de prévalence rapportés et rendent difficile l'établissement d'une relation de cause à effet directe entre les efforts de sensibilisation et l'augmentation du nombre de signalements. Parmi les préoccupations, citons la possibilité d'une surmédicalisation, d'un autodiagnostic sans l'aide d'un professionnel et le risque que des personnes s'identifient comme ayant des problèmes de santé mentale sur la base de tendances populaires ou d'interprétations erronées.

      Les efforts de sensibilisation à la santé mentale jouent un rôle essentiel dans la réduction de la stigmatisation et la promotion des comportements de recherche d'aide. Bien qu'ils aient contribué à l'augmentation des problèmes de santé mentale signalés, cette augmentation peut être attribuée à de multiples facteurs, notamment la réduction de la stigmatisation et l'amélioration de la connaissance de la santé mentale. Les données empiriques suggèrent une relation complexe, soulignant la nécessité d'approches nuancées qui mettent en balance les avantages de la sensibilisation et les préoccupations potentielles. Il est nécessaire de poursuivre la recherche, le suivi et les interventions ciblées pour s'assurer que les efforts de sensibilisation à la santé mentale soutiennent efficacement ceux qui en ont besoin tout en minimisant les conséquences imprévues.

      L'ESSENTIEL

      • Qu'est-ce que la psychiatrie ?
      • Trouver un conseiller près de chez moi
      • Autant de campagnes sur la santé mentale

      Les campagnes peuvent contribuer activement à la "psychologisation" de la souffrance et de la détresse quotidiennes. Les campagnes qui encouragent la divulgation de soi peuvent sembler admirables, mais il a été reconnu que la stigmatisation et la honte restent des obstacles importants à la recherche d'une aide professionnelle, en particulier sur le lieu de travail. Une conséquence sociale potentielle est qu'il peut également y avoir un dividende social à l'autodénonciation et qu'elle peut apporter des gains secondaires à ceux qui en parlent. Souvent considéré comme une explication du fait que les problèmes de santé mentale sont souvent glorifiés, voire romantisés, en particulier sur les médias sociaux (par exemple, les citations sur la dépression sur des fonds esthétiquement attrayants sont largement partagées) Foulkes et Andrews (2023). La question est de savoir si ces campagnes conduisent à une tendance excessive à interpréter les expériences psychologiques négatives comme des problèmes de santé mentale.

      Étiquettes et expériences

      Le philosophe Ian Hacking a proposé une théorie intéressante sur la manière dont les humains utilisent les catégories, qui implique ce qu'il appelle les "effets de bouclage". Il explore la relation dynamique entre les catégories sociales et le comportement individuel. Il examine comment la classification des individus dans certaines catégories peut influencer leur perception d'eux-mêmes et leur comportement ultérieur, entraînant une boucle de rétroaction qui renforce et remodèle les catégories elles-mêmes.

      La théorie des effets de boucle de Hacking remet en question la vision traditionnelle des catégories comme étant statiques et objectives, en soulignant au contraire leur rôle actif dans la formation des réalités sociales et psychologiques qu'elles représentent. Selon Hacking, les catégories telles que les troubles mentaux, les types de personnalité ou les identités sociales ne sont pas des entités fixes, mais plutôt des phénomènes socialement construits. Elles sont le produit de processus historiques, culturels et scientifiques qui impliquent l'interaction entre les experts, les institutions et les individus. Hacking affirme, à juste titre selon moi, qu'une fois qu'une catégorie est créée et appliquée à des individus, elle peut avoir des effets significatifs sur leur comportement et leurs expériences, conduisant à une transformation de la nature même de la catégorie.

      problèmes santé mentale

      L'inventeur et l'invention

      L'un des concepts clés de la théorie de Hacking est celui des "types interactifs". Les types interactifs sont des catégories qui ont le pouvoir d'affecter les individus qui y sont classés. Par exemple, la classification des individus comme "autistes" a conduit à une transformation de la compréhension et de l'expérience de l'autisme. Cette classification a influencé non seulement la façon dont l'autisme est perçu, mais aussi le comportement, la perception de soi et les expériences vécues par les personnes diagnostiquées comme autistes. L'acte même de catégorisation crée de nouvelles possibilités de compréhension de soi et façonne les actions ultérieures de l'individu.

      Hacking identifie deux effets de boucle principaux : les "types humains" et le "nominalisme dynamique". Les types humains font référence aux catégories qui façonnent les expériences et l'auto-identification des individus, influençant le développement de nouvelles façons d'être. Par exemple, la catégorisation des individus comme ayant un "trouble de la personnalité multiple" a conduit à l'émergence de nouveaux phénomènes psychologiques, les individus adoptant et incarnant des identités multiples à la suite de l'étiquette diagnostique. Le nominalisme dynamique, quant à lui, décrit le processus par lequel les catégories changent au fil du temps en raison de leur impact sur le comportement des individus. Au fur et à mesure que les individus se conforment ou résistent aux attentes associées à une catégorie, la catégorie elle-même évolue. Le processus de catégorisation a des conséquences dans le monde réel, influençant le comportement des individus, les pratiques institutionnelles et la dynamique sociale. En reconnaissant les effets de boucle, Hacking nous incite à examiner d'un œil critique et à comprendre les dynamiques de pouvoir inhérentes à la création et à l'application des catégories, en encourageant une approche plus nuancée et plus réfléchie de la manière dont nous nous classons et nous comprenons nous-mêmes et les autres.

      La surinterprétation de l'expérience peut conduire à une pathologisation excessive de la détresse quotidienne. Comme nous le rappelle Hacking, nous pouvons déclencher un effet de prophétie auto-réalisatrice, où la prophétie de l'événement conduit à l'événement de la prophétie. Croire que notre détresse est le signe d'un problème pathologique peut entraîner une réaction d'anxiété ou de dépression plus importante. Nous devons mieux comprendre comment les campagnes de santé mentale peuvent chercher à réduire ces effets négatifs, en vue d'améliorer les résultats et la disponibilité des traitements pour tous, indépendamment de l'âge, du sexe, de la race ou de l'origine sociale.

      Références

      • Association psychiatrique américaine. (2013). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (5e éd.). Arlington, VA : American Psychiatric Publishing.
      • Angermeyer, M. C., Matschinger, H. et Riedel-Heller, S. G. (1999). Whose depression is it ? Whose anxiety is it ? Lay attitudes towards the labelling of mental disorders. Social Science & Medicine, 48(6), 761-770. doi:10.1016/s0277-9536(98)00386-1
      • Corrigan, P. W. et Watson, A. C. (2007). The stigma of mental illness : Explanatory models and methods for change. Applied and Preventive Psychology, 12(4), 179-190. doi:10.1016/j.appsy.2007.09.001
      • Foulkes, L., Andrews, J., (2023). Les efforts de sensibilisation à la santé mentale contribuent-ils à l'augmentation des problèmes de santé mentale signalés ? A call to test the prevalence inflation hypothesis, New Ideas in Psychology, Volume 69,
      • Gibson, P. (2022). Escaping The Anxiety Trap (Échapper au piège de l'anxiété). Strategic Science Books.
      • Hare, D. J. (2017). Are rising rates of mental health problems a cause for concern ? Journal of Mental Health, 26(5), 393-398. doi:10.1080/09638237.2017.1290302
      • Kessler, R. C., Chiu, W. T., Demler, O., Merikangas, K. R. et Walters, E. E. (2005). Prevalence, severity, and comorbidity of 12-month DSM-IV disorders in the National Comorbidity Survey Replication (Prévalence, gravité et comorbidité des troubles du DSM-IV sur 12 mois dans la réplication de l'enquête nationale sur la comorbidité). Archives of General Psychiatry, 62(6), 617-627. doi:10.1001/archaic.62.6.617
      • Lauber, C., Rössler, W. (2007). Stigma towards people with mental illness in developing countries in Asia (Stigmatisation des personnes atteintes de maladie mentale dans les pays en développement d'Asie). International Review of Psychiatry, 19(2), 157-178. doi:10.1080/09540260701278929
      • Murphy, K. (2021). Les campagnes de sensibilisation à la santé mentale font-elles plus de mal que de bien ? Extrait de https://www.theguardian.com/society/2021/mar/08/are-mental-health-aware...
      • Pescosolido, B. A., Martin, J. K., Lang, A. et Olafsdottir, S. (2008). Repenser les approches théoriques de la stigmatisation : A Framework Integrating Normative Influences on Stigma (FINIS). Social Science & Medicine, 67(3), 431-440. doi:10.1016/j.socscimed.2008.03.018
      • Rose, D. (2005). Stigmatisation, discrimination et promotion de la santé mentale. Dans P. D. Corrigan (Ed.), On the stigma of mental illness : Practical strategies for research and social change (pp. 361-384). Washington, DC : American Psychological Association.
      • Sartorius, N. et Schulze, H. (2005). Réduire la stigmatisation de la maladie mentale : A report from a global program of the World Psychiatric Association. Cambridge University Press.
      • Thornicroft, G. (2006). Shunned : Discrimination against people with mental illness. Oxford University Press.
      • Organisation mondiale de la santé. (2001). Rapport sur la santé dans le monde 2001 - Santé mentale : Nouvelle conception, nouveaux espoirs. Genève, Suisse : Organisation mondiale de la santé.

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Sauvegarder
      Choix utilisateur pour les Cookies
      Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
      Tout accepter
      Tout décliner
      En savoir plus
      Unknown
      Unknown
      Accepter
      Décliner
      Marketing
      Ensemble de techniques ayant pour objet la stratégie commerciale et notamment l'étude de marché.
      Google
      Accepter
      Décliner
      Analytics
      Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
      Google Analytics
      Accepter
      Décliner
      Functional
      Outils utilisés pour vous apporter des fonctionnalités lors de votre navigation, cela peut inclure des fonctions de réseaux sociaux.
      Hotjar
      Accepter
      Décliner