Lact - Représentant Ecole Palo Alto

Représentant
École de Palo Alto

Centre de formation, intervention et recherche

Approche systémique stratégique et hypnose

      Prendre Rendez-vous

      Comment la procrastination affecte la santé mentale et notre vie de tous les jours ? Comment ne plus procrastiner ? La procrastination dans une approche systémique.

      Illustration Du Concept De Confiance En Soi

       La procrastination, qu’est-ce que c’est ?

      L'origine du terme procrastination vient du mot latin "pro" (en avant ou en faveur de) et "crastinus" (de demain). Il trouve également son origine dans le mot latin "procrastinare", qui signifie remettre à plus tard, retarder, prolonger, différer, bloquer ou reporter l'exécution d'une tâche. Elle implique l'exécution d'une autre activité que celle prévue et est synonyme d'oisiveté. La procrastination consiste à éviter une tâche ou à la reporter à un moment ultérieur, souvent indéterminé. Par exemple, vous savez peut-être que vous devez payer vos impôts ou envoyer votre formulaire de demande de passeport, mais vous ne faites pas ce qui est exigé (et important !), ce qui implique donc l'idée d'éviter de faire ce que nous savons que nous devrions faire.

       

      Nous pouvons procrastiner de nombreuses façons et nos stratégies peuvent être exceptionnellement créatives. La meilleure définition de la procrastination est "le fait de retarder une tâche initialement prévue, tout en s'attendant à en pâtir". Nous remettons tous à plus tard de temps en temps, mais dans le monde moderne, nous ressentons également la pression de commencer continuellement de nouvelles tâches. Nous réorganisons les stylos sur notre bureau, nous vidons la poubelle et nous surfons sur le web, alors que la date limite est suspendue au-dessus de notre tête comme une hache de bourreau - l'anticipation nous semblant pire que la tâche que nous évitons. Dans le jargon du management, on parle de créer une plateforme brûlante, d'où nous devrions être obligés de sauter, mais nous ne le faisons pas. En réalité, nous nous retenons d'agir, comme un train qui est arrivé et que nous devons maintenant prendre. Pourtant, nous persistons à utiliser les stylos, la poubelle, l'internet.

      Voici quelques caractéristiques de la procrastination :

      • Les procrastinateurs ont du mal à commencer à travailler sur quelque chose.
      • Les procrastinateurs se plaignent de la difficulté des choses et du fait qu'ils sont très occupés.
      • Les procrastinateurs ne finissent généralement pas ce qu'ils commencent.
      • Les procrastinateurs ont trop de choses en tête et sur leur liste de choses à faire.

      Notre recherche d'une activité compulsive et inutile à entreprendre ou à poursuivre nous donne une échappatoire, une raison de ne pas commencer ce qui doit être fait. L'inconvénient est que tout le travail inachevé reste sur notre agenda et sur notre liste de choses à faire, ce qui ne fait qu'exacerber notre incapacité à commencer la tâche nécessaire. Cet état de fait signifie également que, pendant nos temps morts, nous sommes généralement obsédés par les choses que nous n'avons pas encore accomplies et par le temps qui se libère. Le fait d'éviter l'inconfort de la tâche est maintenant légèrement ou gravement désagréable et donc, que nous soyons occupés ou libres, nous n'avons pas un sentiment de satisfaction et nous recherchons donc encore plus de plaisir en retardant jusqu'à ce que nous nous sentions à l'aise. Les procrastinateurs reconnaissent qu'ils remettent à plus tard, qu'ils retardent une tâche ou une décision et qu'ils retardent continuellement le début ou l'achèvement d'une action prévue.

       

      Procrastination dubitative

      Retarder l'inévitable

      La série d'actions retardées ou reportées aboutit à un résultat comportemental imparfait et indésirable pour notre cerveau, ce qui entraîne une perturbation émotionnelle. La procrastination devient rapidement un sujet d'intérêt dans de nombreux contextes professionnels, qu'il s'agisse de la finance (les gens remettent à plus tard la résolution de leurs problèmes financiers) ou de la santé (les gens retardent leur visite chez le médecin).

       En psychologie, la définition exacte de la procrastination fait l'objet de nombreux débats, mais les domaines des neurosciences et de l'économie comportementale considèrent la procrastination comme un retard irrationnel, où l'on reporte une action alors que l'on se sent plus mal en point à cause d'elle. Conformément à notre neurobiologie, les intentions à long terme semblent être générées et observées, principalement dans ce que l'on appelle le cortex préfrontal du cerveau. Ces impulsions peuvent être générées par notre système limbique, qui est particulièrement sensible aux stimuli très concrets, suggérant une gratification immédiate. Il en résulte que nous avons l'intention de travailler mais que nous remettons à plus tard le moment venu, découvrant que nos préférences changent soudainement à mesure que nous poursuivons des tentations concrètes plus facilement agréables. Cela expliquerait pourquoi l'impulsivité est l'un des traits les plus fortement associés à la procrastination. Nous remettons à plus tard des tâches dont la récompense est à long terme parce que nous sommes impulsivement distraits par des tentations à court terme.

      Procrastination dubitative

      Remettre à plus tard la prise d'une décision en cas de conflit ou de choix est tout à fait normal dans la procrastination. Les personnes qui évitent de prendre de nombreuses décisions ont tendance à avoir peur des erreurs et sont probablement très perfectionnistes. Ces procrastinateurs recherchent de manière obsessionnelle des quantités croissantes d'informations définitives sur toutes les alternatives disponibles (comme si c'était possible !) avant d'essayer de prendre une décision. La solution parfaitement raisonnée n'arrive jamais. Les procrastinateurs éprouvent une profonde incertitude quant à leurs décisions, se trouvent dans l'incapacité d'agir et recherchent continuellement la certitude avant d'agir. Ce mécanisme, qui conduit à la formation d'une méfiance profonde à l'égard de ses capacités, a un effet néfaste car il surestime les capacités des autres ou sous-estime les siennes. Ce retard dans l'action se transforme en une anxiété accrue, qui les bloque encore plus. La répétition de ces tactiques de report ne fait qu'accroître leur honte et leur mépris d'eux-mêmes, ce qui exacerbe encore leur sentiment d'impuissance et d'incapacité. Ces comportements aboutissent généralement à ce que la personne souffre d'une faible estime de soi et finisse par devenir chroniquement insécure.

      Comportement de procrastination

      La procrastination comportementale est une forme d'auto-sabotage qui permet aux gens de rejeter la responsabilité sur autrui et d'éviter d'agir. Les procrastinateurs préfèrent donner l'impression qu'ils manquent d'efforts plutôt que de capacités. Leur logique est parfaitement illustrée par l'idée que "si je ne finis jamais la tâche, vous ne pourrez jamais juger de mes capacités". Leur approche culpabilisante et leur incapacité à atteindre leurs objectifs aboutissent généralement à ce que le temps soit le coupable. L'inquiétude concernant les autres et la façon dont ils peuvent critiquer ou juger leurs capacités est primordiale dans leur esprit. Il n'est pas rare que les personnes qui procrastinent se considèrent uniquement sur la base de leurs capacités et cherchent continuellement à se forger une image d'elles-mêmes et une estime de soi sur cette base. Cependant, la boucle fermée dans laquelle ils sont coincés devient un cercle vicieux dans lequel l'évitement conduit à l'anxiété. Le fait de ne pas réussir alimente l'anxiété et le manque d'estime de soi, et ainsi de suite.

       

       

      Réservez une consultation en cabinet à Paris Montorgueuil ou à distance en visio-conférence

      Nous recevons nos patients du lundi au vendredi. 
      Pour prendre un rdv vous pouvez nous appeler au +33 (0) 1 48 07 40 40 
      ou au +33 (0) 6 03 24 81 65 ou bien encore le fixer directement en ligne
      en cliquant ici :

      L'auto-illusion : "C'est sous la pression que je travaille le mieux"

      Les procrastinateurs peuvent avoir l'étrange capacité de sous-estimer le temps nécessaire à l'accomplissement d'une tâche et peuvent souffrir de l'illusion qu'ils ont tout sous contrôle. La suite logique de ce raisonnement est donc la suivante : "il n'y a pas de pression pour commencer" puisqu'il y a plus que suffisamment de temps. À ce stade, des efforts considérables et généralement excessifs sont déployés pour achever la tâche et le travail progresse. Cette soudaine poussée d'énergie psychique et physique les voit progresser par manque de temps ou de ressources, ce qui les laisse finalement épuisés, fatigués et essoufflés.

      Les obstacles à l'action

      Un procrastinateur peut être confronté à des sentiments de manque de confiance en soi et d'estime de soi, comme nous l'avons mentionné précédemment. Le véritable piège peut également se trouver dans leur insistance à exiger les normes les plus élevées, car ils ne peuvent accepter que leur travail ne soit pas assez bon. Lorsque les gens procrastinent, ils peuvent insister pour atteindre le plus haut niveau de performance, malgré leur sentiment omniprésent d'incapacité. Mes très chers collègues, les docteurs Claudette Portelli et Matteo Papantuono (2019), ont écrit un livre novateur sur les aspects compulsifs du plaisir et ils soulignent le fait que le plaisir est aussi une source de grande douleur. Un excès de plaisir peut inhiber notre capacité à éprouver du plaisir. La procrastination s'accompagne d'un désir d'activités et d'expériences plus agréables, afin de nous distraire du travail qui nous attend et qui semble si désagréable. Nous adoptons des distractions telles que le plaisir de faire quelque chose d'agréable, de prendre un café ou d'aller boire une bière avec un ami. Il peut également s'agir du plaisir de résister et de prendre le contrôle, ce qui se traduit par la déclaration aux autres ou à soi-même : "Je le ferai quand je serai prêt".

      Références

      Gibson, P. (2021) The 12 Most Common Mental Traps (Les 12 pièges mentaux les plus courants). Strategic Science Books.

       

      Lire aussi :

       

      Je souhaite consulter

      Prendre rendez-vous

       

       

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Sauvegarder
      Choix utilisateur pour les Cookies
      Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
      Tout accepter
      Tout décliner
      En savoir plus
      Unknown
      Unknown
      Accepter
      Décliner
      Marketing
      Ensemble de techniques ayant pour objet la stratégie commerciale et notamment l'étude de marché.
      Google
      Accepter
      Décliner
      Analytics
      Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
      Google Analytics
      Accepter
      Décliner
      Functional
      Outils utilisés pour vous apporter des fonctionnalités lors de votre navigation, cela peut inclure des fonctions de réseaux sociaux.
      Hotjar
      Accepter
      Décliner