Lact - Représentant Ecole Palo Alto

Représentant
École de Palo Alto

Centre de formation, intervention et recherche

Approche systémique stratégique et hypnose

      L'article aborde le dialogue stratégique en thérapie systémique, montrant son rôle dans le changement transformationnel des patients. Il étudie comment un dialogue structuré peut mener à des expériences émotionnelles correctrices, aidant à redéfinir la réalité et surmonter les comportements dysfonctionnels. L'importance de la persuasion en communication thérapeutique est aussi explorée, soulignant l'impact sur le bien-être des patients.

      Construire des expériences émotionnelles correctrices par le dialogue

      On ne peut pas ne pas communiquer. 
      Watzlawick et al., 1967, p. 56.

      Les mots disposés différents ont des significations différentes ; les significations disposées différents ont des effets différents.
        Pascal, 1995, p. 28.

      Padraic Gibson

      Ces dernières années, j'ai passé beaucoup de temps à former des psychothérapeutes et des psychologues à un niveau avancé et j'ai également mis en place un certain nombre de stages avec des personnes qui débutent dans notre domaine. Ceux qui débutent dans notre domaine. Je suis devenu de plus en plus (re)fasciné par le travail des pionniers de notre domaine, leur absence d'introspection excessive et leur concentration sur l'action. Après avoir travaillé dans ce domaine pendant plus de 25 ans, j'ai remarqué une obsession croissante pour l'auto-réflexion, l'introspection et l'analyse académique. 

      Cet article revient sur les idées de ces pionniers et leur application au changement humain. La réalité clinique apparemment inévitable selon laquelle "nous ne pouvons pas ne pas communiquer", comme l'ont déclaré les initiateurs de la théorie de la communication et de la thérapie systémique (Watzlawick et al., 1967), laisse le thérapeute dans un dilemme. Peu importe comment nous souhaiterions que les choses soient, nous sommes confrontés au choix de persuader, manipuler ou convaincre. Aucune de ces méthodes n'est mauvaise en soi, mais ce qui les rend éthiques ou non éthiques est le résultat de leur utilisation. Si un chirurgien sauve la vie d'un patient par le biais de la manipulation, si une jeune femme anorexique est persuadée de manger pour qu'elle vive, alors comment percevoir la persuasion et pourquoi pourrait-elle être cliniquement significative ? 

      L'aspect pionnier de la thérapie systémique était qu'elle était orientée vers l'action. Cet aspect de la thérapie systémique a été largement éclipsé par l'interprétation, la narration, et les réflexions théoriques. Le tournant qui a généré la thérapie systémique et la thérapie cybernétique ont permis une approche pragmatique, créative, interactionnelle pour résoudre les problèmes humains. Comment pouvons-nous utiliser le dialogue de manière pragmatique et effective ?

      Communication orientée vers le changement

      Épicure nous rappelle que « l'on ne doit pas violer la nature mais essayer de la persuader ». La capacité de se persuader soi-même et de persuader les autres est d'une importance capitale pour l'existence humaine. Si nous voulons réaliser notre potentiel, faire accepter nos idées, et si nous souhaitons aider les autres à atteindre leurs objectifs, la persuasion est nécessaire. Étant donné que la communication est le principal processus social, nos besoins, souhaits, désirs, le choix d'un partenaire sexuel ou l'accès aux ressources, ne peuvent être réalisés si nous ne pouvons pas persuader les autres. Nous constatons qu'un manque de persuasion peut conduire des personnes compétentes à échouer dans de nombreux domaines.

      La persuasion est considérée à la fois comme une science et comme un art. Si elle est pratiquée régulièrement, nous pouvons tous apprendre à mener des vies plus complètes et plus efficaces. Les mots et la façon dont nous les utilisons sont très importants, et cela ne fait aucun doute (pour l'instant !). Malgré nos meilleures intentions, et même si le patient sait que nos idées ou nos conversations thérapeutiques peuvent être utiles, beaucoup ne parviennent pas à mettre en œuvre les changements souhaités. Même s'ils souhaitent nous suivre, les clients n'appliquent pas ce qui peut les aider à sortir de leur piège. Bien que cela dépasse le cadre de cet article, l'étude de la logique paraconsistante, sur laquelle repose la réalité interactionnelle, a été bien étudiée et les travaux de Newton Da Costa (Da Costa & French, 1989) l'explique de manière exceptionnelle.

      Des expériences émotionnelles qui nous changent

      Il existe diverses situations dans lesquelles les humains se retrouvent bloqués par des émotions significatives et, par conséquent ils ne peuvent pas, par eux-mêmes, découvrir de nouveaux modes de perception et de comportement. Dans de tels cas, la seule solution consiste à "expérimenter" de nouvelles façons de ressentir la situation. L'expérience est transformatrice, elle modifie la perception, la pensée et par conséquent modifie le comportement. Ou nous pourrions dire que leur ancien comportement n'est plus viable. C'est ce qu'Alexander et French (1947) dans On Psychoanalytical Therapy, ont appelé une expérience émotionnelle. Les émotions proviennent de sensations dans le corps qui sont élaborées et interprétées dans le cerveau, en particulier le système limbique. Cette zone est située au milieu du cerveau entre le centre inférieur ou tronc cérébral et le centre supérieur ou cortex. Cette zone contrôle notre vigilance et notre éveil, et il envoie des messages sensoriels au cortex, qui est responsable de la pensée et de la mémoire. Les émotions découlent de nos souvenirs et de nos réactions ou comportements à des choses qui se sont passées et ces souvenirs façonnent nos réponses aux événements actuels. Nos émotions influencent la façon dont nous nous représentons les expériences passées et présentes et le sens que nous leur donnons. Dans une perspective constructiviste, nous pouvons dire que ce n'est pas ce qui nous arrive, mais ce que nous pensons et ressentons à propos de ce qui nous arrive. La façon dont nous percevons les événements ou les comportements et le sens ou la valeur que nous finissons par leur donner, nous permet de construire une représentation de notre propre réalité unique.

      Réservez une consultation en cabinet à Paris Montorgueuil ou à distance en visio-conférence

      Nous recevons nos patients du lundi au vendredi. 
      Pour prendre un rdv vous pouvez nous appeler au +33 (0) 1 48 07 40 40 
      ou au +33 (0) 6 03 24 81 65 ou bien encore le fixer directement en ligne
      en cliquant ici :

      Communication efficace pour le changement psychothérapeutique

       Le processus dialogique

      Un dialogue clinique efficace, qui s'articule autour des « objectifs » recherchés par le client, devrait avoir pour effet d'améliorer la qualité des soins. Le client devrait avoir le sentiment naturel d'un voyage de « découverte conjointe ». C'est ce qui aide les patients à gagner la confiance, à renforcer le sentiment d'empathie, et à amorcer le processus de changement dès le début du traitement. Cela aide considérablement à construire la solution. Nous devons garder à l'esprit que ces éléments sont connus comme les facteurs communs pour une thérapie bonne et effective (Hubble et al., 1999). En utilisant des "questions circulaires", des "questions avec l'illusion d'une alternative", le " recadrage cognitif ", la " paraphrase ", la " métaphore " et l'" anecdote ", nous pouvons créer une rhétorique semi-structurée qui transforme la rencontre thérapeutique. Aristote a défini les conditions d'une rhétorique effective : elle implique l'utilisation de l'ethos (essentiellement la crédibilité de mon argument, est-ce que je vous fais confiance ?, du pathos (émotions, ou plus encore pour le client, est-ce que je me soucie de ce que vous me dites ? (en utilisant la logique, pour le thérapeute, cela peut être crucial, parce que le client peut se demander si ce que vous dites est correct et adapté à sa situation (pour ma situation donnée ?).

      Donc, ce que nous pouvons dire jusqu'à présent, c'est que le style et la technique de communication sont de première importance, la manière dont nous y prêtons attention et l'utilisons dépend de nous. Il faut également reconnaître qu'en présence d'une autre personne, tout comportement est une forme de communication et a une valeur de communication. Lorsque nous croyons que nous pouvons être non-directifs, nous fermons les yeux sur la "réalité" humaine. Il faut comprendre que c'est le thérapeute qui pose les questions, mais qui peut rarement se faire poser des questions, le thérapeute fixe l'heure du rendez-vous et y met fin quand il le juge nécessaire, il change son langage corporel et le ton de sa voix quand il est en accord ou en désaccord avec le client devant lui, il indique au patient où s'asseoir et tout cela se fait normalement sur son "terrain". Notre influence indirecte sur le processus d'interaction humaine connu sous le nom de thérapie est significative. Il peut également être important de remarquer que la seule autre fois que nous faisons l'expérience de ces types de relations de pouvoir est probablement dans l'enfance et il n'est peut-être pas surprenant que les gens reviennent au type de relations déjà vécues dans certaines situations conditionnées.

      Communication efficace pour le changement psychothérapeutique

      Ce qu'un dialogue efficace devrait faire, c'est utiliser une forme subtile de communication pour induire un changement dès la première rencontre. Un dialogue systémique interactif peut être considéré comme transformant la nature de toute rencontre clinique initiale, qui n'est plus un processus d'investigation et de diagnostic mais qui aide le clinicien à évaluer la "vraie" nature du problème et à intervenir dans le processus fonctionnel du problème. Elle devient une intervention qui change le problème sur lequel nous travaillons, mais elle nous aide aussi à définir le problème et donc à distinguer le type de perception/problème. Par exemple, il suffit de demander à un patient souffrant d'un trouble de l'anxiété s'il affronte ou évite ses problèmes lorsqu'il y est confronté. Lorsqu'elle est élaborée, cette simple question peut grandement nous aider à discerner une perception et un comportement phobique et obsessionnel.

      Cette intervention dialogique commence le changement thérapeutique à la phase initiale. Ici, le travail semble subtil, mais il est en même temps complexe. En thérapie, nous trouvons des patients qui arrivent avec une définition trop claire de leur problème, trop rigide et trop sûre. Et dans ce cas, les questions permettent d'élargir la lentille. Dans d'autres cas, les patients peuvent venir avec une idée trop diffuse de leur problème et donc les questions nous aident à concentrer leurs esprits sur quelque chose de concret et réalisable. Une fois l'objectif fixé, le dialogue passe du général au spécifique et devient de plus en plus étroit avec l'utilisation de questions discriminantes qui amènent le clinicien à découvrir comment fonctionne le problème individuel et unique de la personne, dans son propre contexte unique (Gibson, 2019a ; Nardone, 2007 ; Portelli et al., 2013).

      Les phases du dialogue

      Les phases du dialogue

      Phase initiale

      Cette phase doit commencer par des questions qui permettent de définir le problème ou l'objectif à atteindre. Dans ce cas, il convient d'utiliser des questions circulaires, mais aussi des questions linéaires et simples en les modifiant et en les élaborant progressivement pour commencer à inclure des questions avec "l'illusion d'une alternative". Les questions avec l'illusion d'une alternative deviennent à la fois pour le clinicien et le patient et deviennent un outil efficace pour conduire le traitement. Les questions avec l'illusion d'une alternative sont structurées de manière à ce qu'elles contiennent deux réponses possibles opposées. Le client devra choisir celle qui convient le mieux à sa situation. Elles peuvent être ouvertes et honnêtes ou chargées et, utilisées effectivement, elles ont un effet positif sur le résultat. Au fur et à mesure que le dialogue avance, la séquence de question est structurée comme une sorte d'"entonnoir" qui commence par des questions générales et qui, progressivement, se rétrécit aux caractéristiques les plus pertinentes du problème de la personne (par exemple avec l'anorexie : "Préférez-vous changer lentement et de manière contrôlée ? Ou rapidement et de manière incontrôlée ?" La question est une illusion parce qu'il semble qu'il y ait un choix, pourtant elle oscille entre changer d'une manière ou changer d'une autre, de toute façon elle est orientée vers le changement.

      Phase secondaire 

      La récapitulation et le recadrage de ce que le patient a dit aident à redéfinir le problème avec lui et à prendre la mesure du travail accompli jusqu'à présent dans la séance. On peut, et on le fait généralement, utiliser le recadrage circulaire et la paraphrase. Ainsi, après une séquence de deux ou trois questions au client, nous devons recadrer ce qu'il a dit et le résumer dans le dialogue : « jusqu'à présent… ». Cela permet de confirmer si nous avons bien compris leur perception des "choses". L'acceptation d'un recadrage et d'une paraphrase est également une forme subtile d'auto-déception et d'auto-conviction. La paraphrase efficace ne se limite pas à la vérification, elle peut également nous permettre de réorganiser ou de reponctuer la séquence des événements.

      Phase tertiaire et phase de prescription 

      Ce n'est qu'une fois que nous avons engagé le client, défini le problème et qualifié ses besoins de son point de vue que nous pouvons passer à la phase de prescription. A ce stade, le patient doit être prêt à s'engager dans les interventions proposées par le thérapeute. La phase de prescription d'un bon dialogue devient une fatalité et la prescription ou l'intervention proposée par le thérapeute s'impose comme une conclusion logique de ce qui a précédé. L'utilisation de métaphores, d'aphorismes, et d'anecdotes, pour évoquer la sensation désirée envers certains comportements, tels que le dégoût, la peur, la colère, le plaisir, etc., doit cibler directement la perception dysfonctionnelle de la personne qui maintient le problème dont le patient veut se libérer. L’ancien premier ministre britannique Clement Atlee a dit un jour qu'être un homme politique, c'est "être en partie boucher et en partie chirurgien" : après avoir supprimé les gros morceaux de données non pertinentes par le biais de notre dialogue, puis, de manière chirurgicale, mené le travail jusqu'au script interactionnel redondant, nous devrions ajouter la touche finale qui est la prescription. A ce stade, le patient doit recevoir le bon "dosage" pour son problème. Demander trop de choses au patient ne changera pas la situation, mais à l'inverse, en demander trop pourrait bien bloquer ou empêcher le changement et conduire à l'échec de la thérapie.

      Communication analogique

      Selon White (1989), le langage analogique peut être utilisé pour extérioriser le problème, c'est-à-dire que le problème peut devenir une entité distincte et donc extérieure à la personne ou à la relation qui était considérée comme le problème. En d'autres termes, "le problème devient le problème". L'utilisation du langage analogique et figuratif permet de réduire la résistance au changement, puisque les patients ne sont pas invités à faire quoi que ce soit et que leurs comportements ou leurs opinions. Le message est transmis de manière déguisée, en quelque sorte. Les suggestions peuvent être intégrées dans une histoire ou être communiquées par le biais de métaphores de telle sorte que le sujet n'est pas directement impliqué, mais la puissance évocatrice de l'histoire ou de l'image contrecarre les conceptions et les comportements du patient. Le langage analogique peut être utilisé pour créer de l'aversion envers un comportement indésirable ou pour promouvoir une alternative plus fonctionnelle (Gibson et al., 2016).

      Proposer des solutions

      La phase de prescription doit être considérée comme l'une des plus étapes les plus importantes de la thérapie car elle est à la fois la fin et le début de la thérapie. Cette phase doit être gardée à l'esprit tout au long du dialogue. Commencer la thérapie en ayant la fin en tête. 

      Changement

      La communication orientée vers le changement doit être tissée dans le tissu même de chaque élément du dialogue, ce qui inclut les aspects verbaux, non-verbaux et para-verbaux de la communication. En adoptant une approche communicationnelle effective, nous pouvons être plus certains que le client mettra en œuvre les interventions prescrites et le changement souhaité (Gibson, 2013a, 2019b, 2019c ; Nardone, 2007 ; Gibson et al., 2016).

      Langue et structure

      Adapter notre mode de communication aux perceptions uniques du client, unique et non répétable, introduit un aspect important qui conduit au changement. Si nous ne fertilisons pas le sol, les graines du changement peuvent ne jamais prendre racine. En se concentrant sur la communication et en prêtant attention aux axiomes de la communication, (Watzlawick, et al., 1967), nous pouvons trouver des moyens d'aider rapidement le client. Ces modes de communication permettent de contourner les quatre types de résistance dont nous avons parlé précédemment. L'utilisation de la prosodie (ou des pauses pour mettre l'accent et se concentrer), la répétition suggestive et stratégique de la prescription et l'introduction de la redondance (telle que l'utilisation d'un mot de passe), l'introduction d'une redondance (comme le son des injonctions que l'on trouve dans les assonances post hypnotiques), combinées au moment de la prescription, tout cela augmente la probabilité que le client nous suivre pour sortir de ses pièges mentaux, relationnels et comportementaux. Une fois libéré et lors de la dernière séance de thérapie, le client doit être informé de ce que nous avons fait pour parvenir au changement et nous devrions éliminer tout sentiment de mystère de notre travail. Le client doit se rendre compte que c'est lui qui a provoqué son changement et que nous n'avons réussi qu'à l'aider à sortir de sa propre voie, augmentant ainsi le sens de l'autonomie et de la foi en ses propres ressources.

      Références

      • Alexander, F., French, T.M., et al. (1947) On Psychoanalytic Therapy: Principles and Application. New York: Ronald Press.
      • Da Costa, N. & French, S. (1989) On the logic of belief. Philosophical and Phenomenological Research, 49(3):431-446.
      • Gibson, P. (2013a) A pilot study on the effectiveness of brief strategic therapy in the treatment of post natal depression. Journal of the Family Therapy Association of Ireland, 45.
      • Gibson, P., Portelli, C. & Papantuono, M. (2021) OCD Clinic: A New Approach to Understanding and Treating Obsessive-compulsive Disorders. Ireland: Strategic Science Books.
      • Gibson, P (2019a) Advances in E! ective Brief Psychotherapy – Strategies, Relationships and Communication. Cork: Lettertec Press.
      • Gibson, P. (2019b) The Coaching Clinic. The Art and Science of Change in Mind, Behavior and Relationships. Cork: Lettertec Books.
      • Gibson, P. (2019c) Escaping the Anxiety Trap. New Solutions for Overcoming Anxiety, Panic, Fear and Obsession. Malta University Press.
      • Hubble, M.A., Duncan, B.L., & Miller, S.D. (eds.) (1999) The Heart and Soul of Change: What Works in Therapy. Washington: American Psychological Association.
      • Nardone, G. (2007) Manuale di Sopravvivenza per Psicopazienti. Firenze: Ponte alle Grazie.
      • Pascal B. (1995) Pensées. Translated by A.J. Krailsheimer. New York, NY: Penguin Classics.
      • Portelli, C., Papantuono, M & Gibson, P. (2013) Winning Without Fighting; A Handbook of Effective Solutions for Social, Emotional and Behavioral Problems. Malta University Press.
      • Watzlawick, P., Beavin, J.H., Jackson, & Don, D. (1967) Pragmatics of Human Communication: A study of Interactional Patterns, Pathologies and Paradoxes. New York: Norton.
      • White, M. (1989) Narrative Means to Therapeutic Ends. New York: Norton.

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Sauvegarder
      Choix utilisateur pour les Cookies
      Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
      Tout accepter
      Tout décliner
      En savoir plus
      Unknown
      Unknown
      Accepter
      Décliner
      Marketing
      Ensemble de techniques ayant pour objet la stratégie commerciale et notamment l'étude de marché.
      Google
      Accepter
      Décliner
      Analytics
      Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
      Google Analytics
      Accepter
      Décliner
      Functional
      Outils utilisés pour vous apporter des fonctionnalités lors de votre navigation, cela peut inclure des fonctions de réseaux sociaux.
      Hotjar
      Accepter
      Décliner