Lact - Représentant Ecole Palo Alto

Représentant
École de Palo Alto

Centre de formation, intervention et recherche

Approche systémique stratégique et hypnose

 01 48 07 40 40  | 

" + "

" + detail + "

" + ""; pc_confirmation.style.display = 'block'; var mp = document.querySelector('input[name="mp"]'); mp.value = '0'; } else { form.querySelector('._form-content').style.display = 'inline'; pc_confirmation.style.display = 'none'; } var hideButton = document.getElementById('hideButton'); // Add event listener to the button hideButton.addEventListener('click', function() { var submitButton = document.querySelector('#_form_7_submit'); submitButton.disabled = false; submitButton.classList.remove('processing'); var mp = document.querySelector('input[name="mp"]'); mp.value = '1'; window.location.href = window.location.href; }); const vgoAlias = typeof visitorGlobalObjectAlias === 'undefined' ? 'vgo' : visitorGlobalObjectAlias; var visitorObject = window[vgoAlias]; if (email && typeof visitorObject !== 'undefined') { visitorObject('setEmail', email); visitorObject('update'); } else if (typeof(trackcmp_url) != 'undefined' && trackcmp_url) { // Site tracking URL to use after inline form submission. _load_script(trackcmp_url); } if (typeof window._form_callback !== 'undefined') window._form_callback(id); }; window._load_script = function(url, callback, isSubmit) { var head = document.querySelector('head'), script = document.createElement('script'), r = false; var submitButton = document.querySelector('#_form_7_submit'); script.charset = 'utf-8'; script.src = url; if (callback) { script.onload = script.onreadystatechange = function() { if (!r && (!this.readyState || this.readyState == 'complete')) { r = true; callback(); } }; } script.onerror = function() { if (isSubmit) { if (script.src.length > 10000) { _show_error("7", "Désolé, votre envoi a échoué. Veuillez raccourcir vos réponses et réessayer."); } else { _show_error("7", "Désolé, votre envoi a échoué. Veuillez réessayer."); } submitButton.disabled = false; submitButton.classList.remove('processing'); } } head.appendChild(script); }; (function() { if (window.location.search.search("excludeform") !== -1) return false; var getCookie = function(name) { var match = document.cookie.match(new RegExp('(^|; )' + name + '=([^;]+)')); return match ? match[2] : null; } var setCookie = function(name, value) { var now = new Date(); var time = now.getTime(); var expireTime = time + 1000 * 60 * 60 * 24 * 365; now.setTime(expireTime); document.cookie = name + '=' + value + '; expires=' + now + ';path=/; Secure; SameSite=Lax;'; } var addEvent = function(element, event, func) { if (element.addEventListener) { element.addEventListener(event, func); } else { var oldFunc = element['on' + event]; element['on' + event] = function() { oldFunc.apply(this, arguments); func.apply(this, arguments); }; } } var _removed = false; var form_to_submit = document.getElementById('_form_7_'); var allInputs = form_to_submit.querySelectorAll('input, select, textarea'), tooltips = [], submitted = false; var getUrlParam = function(name) { if (name.toLowerCase() !== 'email') { var params = new URLSearchParams(window.location.search); return params.get(name) || false; } // email is a special case because a plus is valid in the email address var qString = window.location.search; if (!qString) { return false; } var parameters = qString.substr(1).split('&'); for (var i = 0; i ')); } } else if (elem.tagName == 'SELECT') { var selected = true; if (elem.multiple) { selected = false; for (var i = 0; i 31 && (charCode 57) && charCode !== 8) { e.preventDefault(); } }); }; var showPhoneInputError = function(inputId) { var errorMessage = document.getElementById("error-msg-" + inputId); var input = document.getElementById(inputId); errorMessage.classList.add("phone-error"); errorMessage.classList.remove("phone-error-hidden"); input.classList.add("phone-input-error"); }; var _form_serialize = function(form){if(!form||form.nodeName!=="FORM"){return }var i,j,q=[];for(i=0;i { if (key !== 'hideButton') { formData.append(key, value); } //formData.append(key, value); }); let request = { headers: { "Accept": "application/json" }, body: formData, method: "POST" }; let pageUrlParams = new URLSearchParams(window.location.search); if (pageUrlParams.has('t')) { request.headers.Authorization = 'Bearer ' + pageUrlParams.get('t'); } const response = await fetch('https://lact.activehosted.com/proc.php?jsonp=true', request); return response.json(); } if (formSupportsPost) { submitForm().then((data) => { eval(data.js); }); } else { _load_script('https://lact.activehosted.com/proc.php?' + serialized + '&jsonp=true', null, true); } } return false; }; addEvent(form_to_submit, 'submit', form_submit); })();

      • Padraic Gibson est psychologue, thérapeute familial et superviseur. Il travaille en Irlande, en Italie, en France et à Malte. Il est associé principal à la recherche et chargé de cours chez LACT, à la Dublin City University et directeur clinique de La Clinique des TOC / The OCD Clinic®.

         

      Les phobies sociales ou  trouble d'anxiété sociale touchent 15 millions d'adultes, soit 6,8 % de la population. Ce trouble est aussi fréquent chez les hommes que chez les femmes et, selon la plupart des recherches, il commence généralement vers l'âge de 13 ans. Selon une enquête réalisée en 2007, 36 % des personnes atteintes du trouble d'anxiété sociale déclarent avoir ressenti les symptômes pendant 10 ans ou plus avant de chercher de l'aide (AADA, 2007).

      La phobie sociale qu est ce que c estLa phobie sociale, qu’est-ce que c’est ?

      La nervosité dans les situations sociales est un sentiment que nous éprouvons tous de temps à autre, le plus souvent dans des situations où nous risquons d'être critiqués, rejetés ou évalués, par exemple lors d'un rendez-vous, d'une présentation ou d'un entretien. Pour la plupart d'entre nous, ce sentiment n'est guère plus qu'une dose de "papillons" ou de "nerfs". Cependant, dans le cas du trouble de l'anxiété sociale, également appelé phobie sociale ou ce que nous pourrions appeler paranoïa, les interactions sociales quotidiennes ou même le fait de les envisager provoquent une déficience significative, de l'anxiété, de la peur et une conscience de soi intense. L'embarras et la peur d'être examiné ou jugé par les autres peuvent souvent conduire à des formes d'évitement significatives qui peuvent s'étendre à toute la vie des personnes et affecter gravement leur développement social, professionnel et même leur personnalité. Pour certains, la phobie sociale peut amener les patients à développer des rituels qui semblent les aider à gérer des situations chargées de peur et peuvent, dans de nombreux cas, conduire à des troubles obsessionnels compulsifs. 

      Les sentiments de timidité ou de gêne dans certaines situations ne sont pas nécessairement des signes de trouble de l'anxiété sociale, en particulier chez les enfants, et les niveaux de confort dans les situations sociales varient en fonction des traits de personnalité et des expériences de vie. Certaines personnes sont naturellement réservées et d'autres sont plus extraverties et grégaires. Contrairement à la nervosité de tous les jours, le trouble d'anxiété sociale comprend la peur, l'anxiété et l'évitement qui interfèrent avec la routine quotidienne, le travail, l'école ou d'autres activités. La littérature scientifique sur le sujet indique que le trouble d'anxiété sociale commence généralement au début ou au milieu de l'adolescence, bien qu'il puisse parfois débuter chez des enfants plus jeunes ou à l'âge adulte.

      Réservez une consultation en cabinet à Paris Montorgueuil ou à distance en visio-conférence

      Nous recevons nos patients du lundi au vendredi. 
      Pour prendre un rdv vous pouvez nous appeler au +33 (0) 1 48 07 40 40 
      ou au +33 (0) 6 03 24 81 65 ou bien encore le fixer directement en ligne
      en cliquant ici :

      Les signes et symptômes du trouble de l'anxiété sociale

      • Peur des situations dans lesquelles on peut être jugé
      • Peur de se mettre dans l'embarras ou de s'humilier
      • Peur intense d'interagir ou de parler avec des inconnus
      • Peur que les autres remarquent que vous avez l'air anxieux
      • Peur des symptômes physiques qui peuvent vous mettre dans l'embarras, comme rougir, transpirer, trembler ou avoir la voix tremblante.
      • Éviter de faire des choses ou de parler aux gens par peur de l'embarras.
      • Éviter les situations où vous pourriez être le centre d'attention.
      • Avoir de l'anxiété en prévision d'une activité ou d'un événement redouté.
      • Endurer une situation sociale avec une peur ou une anxiété intense
      • Après une situation sociale, passer du temps à analyser votre performance et à identifier les défauts de vos interactions.
      • S'attendre aux pires conséquences possibles d'une expérience négative lors d'une situation sociale.

      Symptômes physiques de la phobie sociale/paranoïa

      • Rougissement
      • Battements de cœur rapides
      • Tremblements
      • Transpiration
      • Maux d'estomac ou nausées
      • Difficulté à reprendre son souffle
      • Étourdissements ou vertiges
      • Sensation de vide mental
      • Tension musculaire
      Traiter la phobie sociale et la paranoïa avec l’ approche systémique

      Traiter la phobie sociale et la paranoïa
      avec l’ approche systémique

      Le systémicien Padraic Gibson nous éclaire sur l’approche systémique dans les cas de phobies sociales et de paranoïa. Padraic Gibson est thérapeute familial et superviseur. Il travaille en Irlande, en Italie et à Malte. Il est associé principal à la recherche et chargé de cours à la Dublin City University et directeur clinique de La clinique des TOC / The OCD Clinic®.

      D'un point de vue systémique, la phobie sociale a été redéfinie comme une forme de paranoïa. La paranoïa est une croyance que la personne entretient et qui devient vraie, non pas parce qu'elle était inévitable, mais parce que le patient l'a rendue inévitable par les comportements qu'il a mis en place. Ces comportements, utilisés pour résoudre la peur de se sentir rejeté, persécuté ou traité injustement par les autres, provoquent l'événement même qu'ils ont prophétisé.  L'objectif du traitement, comme pour les autres troubles précédents, est d'interrompre les tentatives inefficaces et dysfonctionnelles des patients pour résoudre leur problème.  Une fois encore, le traitement est réalisé par des stratagèmes directs, indirects et paradoxaux. Ces stratagèmes éprouvés (Gibson et al., 2016,2018,2019 ; Nardone, 2002, 2007, 2009, 2013, Castlenuovo et al., 2013,2016) doivent amener la personne à surmonter complètement et définitivement sa phobie sociale et après avoir résolu son problème, et seulement après, elle peut alors prendre pleinement conscience de la façon dont son problème a existé, s'est maintenu et comment il a été possible de l'affronter et de le surmonter grâce à l'activation guidée de ses propres ressources personnelles.

      Dans la phobie sociale, la peur de ne pas être assez bon, assez drôle ou assez intéressant dans les situations sociales amène souvent les patients à percevoir les autres comme les jugeant sévèrement et ceci est particulièrement vrai lorsqu'une personne est "convaincue" qu'elle n'est pas intéressante. Ainsi, la peur de rougir ou de faire des erreurs, etc., amène le patient à surréguler ses réactions physiques et à se concentrer de manière obsessionnelle sur la possibilité que les autres remarquent ses réactions physiques. Dans de telles situations, les gens peuvent devenir nerveux à l'idée de signer leur nom sur des documents officiels, certains craignent de transpirer, de rougir ou de faire une erreur. La tentative même de contrôler ce qui ne peut l'être par la force conduit à la perte de contrôle que la personne craint le plus.

      L'un des paradoxes inhabituels est que ce phénomène est plus susceptible de se produire chez les personnes très obsessionnelles, le plus souvent celles qui craignent de ne pas être parfaites. Dans de telles situations, la tentative obsessionnelle de contrôle du patient est en fait à l'origine de son problème et son problème phobique s'aggrave du fait qu'il est si capable d'essayer de l'arrêter. Les bruits de digestion après le déjeuner, les mains qui tremblent, le rougissement, etc. produisent chez la personne une peur paranoïaque de recevoir le jugement négatif des autres. L'évitement du déjeuner ou du petit-déjeuner, le recours excessif au maquillage ou aux vêtements pour masquer ces réactions de peur, favorisent l'extension du problème à de nombreux domaines de la vie de la personne. Pour l'individu socialement paranoïaque, lorsque le problème a pris une rigueur pathologique, il peut soit adopter des mesures strictes d'évitement de toutes les relations sociales, soit souffrir de l'humiliation d'être obligé de les traverser, ce qui lui donne l'impression d'un parcours semé d'embûches et d'un échec à chaque fois. Ces expériences laissent la personne avec une "réalité" désagréable dans son esprit, à savoir qu'elle est "réellement" incapable, faible ou inintéressante. 

      Comment fonctionnent la phobie sociale et la paranoïa ?

      La vision systémique et circulaire de l'interaction humaine, de la formation et de l'entretien des problèmes est une caractéristique principale de notre travail. Ce processus est parfaitement illustré par la phobie sociale. C'est-à-dire que la prophétie même de l'événement redouté conduit à l'événement de cette prophétie. La focalisation obsessionnelle sur les réactions physiques et l'évitement de toute possibilité d'être rejeté ou critiqué, les conduit à apparaître et à se sentir différents. Ce phénomène de prophétie auto-réalisatrice, qui est à la base de la plupart des troubles paranoïaques, a été proposé par le sociologue américain Robert K. Merton. En 1948, il a déclaré qu'il s'agissait "d'une supposition ou d'une prophétie qui, par le simple fait d'avoir été prononcée, conduit à l'événement de la chose prophétisée, confirmant ainsi davantage la vérité de la prophétie". William Thomas a également dit un jour que "si les hommes définissent certaines situations comme réelles, elles sont réelles dans leurs conséquences." Dans les relations sociales, si nous nous attendons vraiment à ce qu'une personne soit froide ou distante, sociable ou extravertie, elle aura tendance à se conditionner pour agir de cette manière. Ces attentes sociales et personnelles influencent fortement la perception que nous avons de nous-mêmes et l'effet peut être à la fois positif et négatif. Ceux qui s'attendent à bien faire réussiront souvent mieux, ceux qui s'attendent à échouer dans la vie ont tendance à échouer plus souvent. C'est pour cette raison que nous avons tendance à éviter de parler de phobie sociale et à préférer parler de trouble paranoïaque. Cependant, le trouble paranoïaque peut se transformer en phobie à cause de l'évitement de la personne et peut finalement devenir une forme de paranoïa délirante.

      Lorsque le centre d'intérêt psychologique est le "moi", l'attention est portée sur le "soi".

      Un patient socialement paranoïaque peut être paranoïaque non seulement à l'égard des intentions des autres, mais aussi de ses propres capacités et de la relation que la personne entretient avec elle-même.  Les personnes qui entrent dans cette catégorie se sentent constamment mal, quoi qu'elles fassent. Leur sentiment permanent de dépression, à la suite de bons ou de mauvais résultats dans des situations spécifiques, les conduit à penser qu'elles ne sont "pas assez bonnes" et à ne pas avoir confiance en leurs propres capacités ou ressources.  Les interventions apparemment simples et peu compliquées que nous utilisons dans notre thérapie peuvent avoir un effet apparemment magique. Les effets de notre première séance, si elle est efficace, peuvent transformer le trouble et la pensée du patient dès le début. Lorsque les patients ont une vision négative et paranoïaque spécifiquement centrée sur eux-mêmes et leur relation à eux-mêmes, ils peuvent manifester des peurs de parler en public, de faire des présentations et des entretiens d'embauche et développeront, plus que d'autres, des performances bloquées ou un évitement total dans ces situations.

       Les dangers d une parentalité surprotectrice

      Lorsque l'accent psychologique est mis sur "les autres ou le monde"

      Les patients qui se sentent continuellement jugés et observés de manière critique par les autres, expriment des sentiments de persécution, d'abus ou ont l'impression d'être mal interprétés. Ces patients finissent par nourrir du ressentiment, de la colère et de la rage envers leurs employeurs, leurs collègues, leurs parents, leurs amis, leurs proches. Ils peuvent éprouver un sentiment intense d'envie et de jalousie à l'égard de leurs collègues et voisins et se laisser consumer par la colère, ce qui peut les amener soit à éviter tout contact avec les autres, soit, au contraire, à chercher à attaquer le prétendu persécuteur qui devient essentiellement la victime de la prétendue victime. Dans ce type de paranoïa, la personne se défend contre quelque chose qui n'existe pas en réalité. Dans leur esprit, ils voient des activités suspectes partout et croient que d'autres peuvent comploter contre eux et commencent à générer une logique d'autoprotection, croyant que leurs propres croyances et leurs observations sont la "preuve" de leur réalité.  Les épisodes paranoïaques de délire sont essentiellement une réalité inventée qui produit un effet concret conduisant le patient à se défendre contre quelque chose qui n'existe pas en réalité et dont il croit pourtant sincèrement l'existence.

      Doute contre certitude

      Quelle est donc la différence entre un scepticisme ou un doute sain et un véritable trouble, qui implique une paranoïa obsessionnelle.  Nous pouvons constater dans ce trouble, comme dans la plupart des pathologies, qu'il y a une répétition quantitative et rigide d'un comportement qui le transforme qualitativement en quelque chose de très différent. Celui qui soupçonne et craint, sans preuves fondées, mais sur la base de simples indices, réels ou présumés, peut se sentir persécuté ou menacé et peut croire que ces expériences ou événements émanent du destin, de Dieu, de la malchance ou de la fatalité. Cette attitude sceptique à l'égard de la vie conditionne la personne à avoir véritablement peur de vivre. Ces épisodes peuvent faire suite à des expériences d'hostilité extrême et ils peuvent être déclenchés par des événements réels ou imaginaires. Ces événements peuvent être réels et le sont parfois. Des événements tels qu'un rejet ou la rupture d'une relation, l'intimidation ou même un événement traumatique peuvent précipiter l'issue. Ces patients sont toujours méfiants, toujours en alerte, toujours prêts à se défendre et leurs prophéties sont presque toujours négatives. Un patient paranoïaque a un haut degré de certitude que ses soupçons sont justes, rationnels et entièrement justifiés, il a peu ou pas de doutes. Cette réaction est tout à fait typique d'une paranoïa obsessionnelle. C'est précisément le niveau de doute par rapport à la certitude qui constitue et distingue une idéation obsessionnelle d'une idéation paranoïaque. La certitude est la source de la pensée paranoïaque, qui convertit une connaissance subjective en une vérité objective et absolue pour le paranoïaque.

      Réservez une consultation en cabinet à Paris Montorgueuil ou à distance en visio-conférence

      Nous recevons nos patients du lundi au vendredi. 
      Pour prendre un rdv vous pouvez nous appeler au +33 (0) 1 48 07 40 40 
      ou au +33 (0) 6 03 24 81 65 ou bien encore le fixer directement en ligne
      en cliquant ici :

      Comment se passe le diagnostic de la phobie sociale ?

      Un diagnostic traditionnel peut être basé sur :

      • Un examen physique pour évaluer si un état pathologique ou un médicament peut déclencher des symptômes d'anxiété.
      • Une discussion sur vos symptômes, leur fréquence et les situations dans lesquelles ils se produisent.
      • Examen d'une liste de situations pour voir si elles vous rendent anxieux.
      • Questionnaires d'auto-évaluation des symptômes de l'anxiété sociale.
      • Critères énumérés dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), publié par l'American Psychiatric Association.

      Les critères du DSM-5 pour le trouble de l'anxiété sociale

      • Peur ou anxiété persistante et intense face à des situations sociales spécifiques, car vous pensez que vous pourriez être jugé, embarrassé ou humilié.
      • Éviter les situations sociales anxiogènes ou les endurer avec une peur ou une anxiété intense.
      • Anxiété excessive et disproportionnée par rapport à la situation
      • Anxiété ou détresse qui interfère avec votre vie quotidienne.
      • Une peur ou une anxiété qui ne s'explique pas mieux par un problème médical, un médicament ou un abus de substances.
       La phobie sociale, qu’est-ce que c’est ?

      Le traitement de la phobie sociale dans l'approche cognitivo-comportementale

      Le traitement dépend généralement de la mesure dans laquelle la phobie sociale affecte la capacité d'une personne à fonctionner dans sa vie quotidienne. Les deux types de traitement les plus courants de la phobie sociale sont la psychothérapie CB ou les médicaments, ou les deux. Dans le cadre de la thérapie cognitivo-comportementale (dont nous avons parlé plus haut), le patient apprend à reconnaître et à modifier de manière rationnelle les pensées négatives qu'il entretient à son égard et à l'égard des autres. La thérapie cognitivo-comportementale peut être menée individuellement ou en groupe. La TCC utilise une thérapie basée sur l'exposition, amenant progressivement le patient à faire face à ses peurs par la pratique, elle peut rencontrer une grande résistance bien que les gains ne soient pas toujours maintenus. Les patients peuvent également participer à des formations ou à des jeux de rôle afin de mettre en pratique leurs aptitudes sociales et de gagner en confort et en confiance dans leurs relations avec les autres, mais nombre de ces interventions peuvent être vécues comme très pénibles et le patient y résiste souvent.

      Traitement de la phobie sociale dans l’approche systémique

      Les symptômes de la phobie sociale peuvent évoluer avec le temps. Ils peuvent s'exacerber en cas de stress ou d'exigences. Bien que le fait d'éviter les situations qui produisent de l'anxiété puisse aider les personnes à se sentir mieux à court terme, l'anxiété risque de persister à long terme si elles ne se font pas soigner. Les expériences quotidiennes courantes qui peuvent être difficiles à supporter avec le trouble de la phobie sociale comprennent, par exemple :

      • Rencontres
      • Entrer dans une pièce dans laquelle des personnes sont déjà assises
      • Rapporter des articles dans un magasin
      • Manger devant d'autres personnes
      • Utiliser des toilettes publiques
      • Interagir avec des personnes non familières ou des inconnus
      • Participer à des fêtes ou à des rassemblements sociaux
      • Se rendre au travail ou à l'école
      • Entamer une conversation
      • Établir un contact visuel

      Lors de notre travail stratégique avec les patients, nous avons observé ces principaux moyens par lesquels les gens tentent, sans succès, de résoudre leur problème et ce sont ces mécanismes sur lesquels nous devons agir en thérapie pour que le traitement soit efficace.

      - Les patients choisissent de réagir continuellement en se défendant avant une attaque perçue par l'évitement ou l'isolement ;

      - Certains patients se défendent en attaquant, verbalement ou physiquement, leur persécuteur perçu ;

      Phobie sociale et paranoïa

      Ces solutions fondamentales et typiques ci-dessus qui soutiennent la structure du trouble paranoïaque et elles sont la tentative d'évitement ou la défense excessive ou l'attaque anticipée envers les autres. C'est-à-dire que la personne réagit de manière excessive à la moindre provocation ou à la critique perçue des autres à cause de ce qu'elle ressent. Le patient voit l'agression ou le rejet partout. Un certain nombre d'interventions contre la phobie sociale sont décrites ci-dessous et se sont avérées très efficaces et efficientes ;

      Paranoïa

      • La prescription de l'anthropologue - il s'agit d'une intervention qui demande au patient d'aller observer le comportement des autres dans la vie quotidienne et toute preuve concrète de refus des autres à son égard. Cette prescription simple mais complexe, déplace leur attention d'eux-mêmes vers les autres et fonctionne en nous aidant à remettre subtilement en question leur thèse et leurs croyances rigides. Cela " ouvre une porte mentale " que nous pouvons entrouvrir de plus en plus au fur et à mesure de l'évolution de chaque session, les faisant ainsi passer d'une croyance à une nouvelle plus fonctionnelle avec un minimum d'effort et sans les remettre en question directement.
      • Lettres de colère - en prescrivant l'écriture de lettres de colère, on demande à ces patients d'exprimer toute négativité qu'ils peuvent nourrir envers d'autres personnes sans l'exprimer à d'autres personnes figurant sur la liste de "haine". Cette intervention, aide à décanter leur émotion et à gérer leur affect.

      Phobie sociale

      Permettre une petite erreur, une perte de contrôle ou une critique - lorsque le thérapeute demande au patient de permettre une petite erreur ou une petite perte de contrôle, il l'aide à démanteler lentement ses tentatives habituelles de contrôle. À chaque séance, il passe de petites à de plus grandes pertes de contrôle, jusqu'à ce que le trouble soit complètement résolu.

      Le pire fantasme - comme précédemment avec l'ensemble des troubles phobiques et comme décrit ci-dessus, cette intervention permet au patient de maîtriser ses réactions phobiques face à des situations effrayantes.

      Les interventions ci-dessus sont basées sur le blocage des tentatives habituelles de solution. En thérapie, les relations avec ces patients, en particulier le type paranoïaque, impliquent d'être capable d'accepter pleinement leurs croyances sans qu'ils aient l'impression que vous les remettez directement en question. Nous devons travailler en remettant en question leurs méthodes, mais pas leurs croyances dès le départ. Si la relation est correctement calibrée, le clinicien peut aider le patient à restructurer rapidement sa perception et à recommencer à vivre. Une fois encore, la relation doit être adaptée aux exigences du problème à résoudre. Les individus paranoïaques peuvent sembler contrôlés, froids ou détachés et nous pouvons paraître banals et risquer de perdre leur confiance si notre langage corporel est trop ouvert et chaleureux dans les phases initiales, nous devons contrôler la façon dont nous interagissons avec ces patients dans les premiers stades de la thérapie et nous ouvrir lentement. Nous devons veiller à ce que le patient ne se sente en aucune façon critiqué ou rejeté par notre communication ou nos questions.

      Les formations LACT pour traiter les phobies sociales avec l’approche systémique

      Le traitement des phobies et des troubles paranoïaques par l’approche systémique est enseigné dans la troisième année du cursus LACT du Clinicien de la Relation et dans le mastère clinique de Giorgio Nardone.

      Contenus abordés dans la formation sur le traitement des phobies

      • Monophobies, phobies spécifiques et phobies généralisées
      • Critères diagnostiques pour les monophobies ou phobies spécifiques (DSM-5).
      • Liste des formes les plus courantes de monophobies.
      • Les tentatives de solution dysfonctionnelles liées monophobies, de phobies spécifiques et phobie généralisée.
      • Le traitement des monophobies ou phobies spécifiques en thérapie brève stratégique (stratégie, communication et relation thérapeutique).
      • Explication de la manœuvre thérapeutique "étuder son ennemi".
      • Explication de la manœuvre thérapeutique "carnet de bord".

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Sauvegarder
      Choix utilisateur pour les Cookies
      Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
      Tout accepter
      Tout décliner
      En savoir plus
      Unknown
      Unknown
      Accepter
      Décliner
      Marketing
      Ensemble de techniques ayant pour objet la stratégie commerciale et notamment l'étude de marché.
      Google
      Accepter
      Décliner
      Analytics
      Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
      Google Analytics
      Accepter
      Décliner
      Functional
      Outils utilisés pour vous apporter des fonctionnalités lors de votre navigation, cela peut inclure des fonctions de réseaux sociaux.
      Hotjar
      Accepter
      Décliner