Lact - Représentant Ecole Palo Alto

Représentant
École de Palo Alto

Centre de formation, intervention et recherche

Approche systémique stratégique et hypnose

      Le trouble panique est un type de trouble anxieux caractérisé par des attaques de panique récurrentes et inattendues, Barlow, D. H. (2002). Les attaques de panique ont été documentées tout au long de l'histoire, mais leur signification et leur lien avec les troubles anxieux n'ont pas été pleinement compris.

      LES TROUBLES ANXIEUX QUEST CE QUE C ESTL'histoire du trouble panique

      Les textes médicaux de l'Antiquité grecque et romaine mentionnent des symptômes similaires aux attaques de panique, mais aucun trouble distinct n'a été reconnu, Goisman, R. M., & Warshaw, M. G. (1995). Le médecin français Jean-Martin Charcot a observé un état qu'il a appelé "Grande Hystérie", qui comprenait des symptômes ressemblant à des attaques de panique. Sigmund Freud a également étudié des symptômes similaires et les a classés comme "névrose d'angoisse" ou "hystérie d'angoisse". Au début du XXe siècle, les psychologues et les psychiatres ont continué à étudier les troubles anxieux et les manifestations des attaques de panique, Barlow, D. H. (2002). Un psychiatre allemand, Emil Kraepelin, a décrit un état appelé "anxiété phobique" qui englobe des symptômes semblables à ceux de la panique. Cependant, la classification exacte et la compréhension du trouble panique évoluaient encore et, vers le milieu du XXe siècle, des chercheurs tels que Donald Klein et d'autres ont commencé à se concentrer sur les attaques de panique en tant que phénomène distinct en soi. Ils ont reconnu que les attaques de panique pouvaient survenir sans déclencheur externe et qu'elles n'étaient pas nécessairement associées à d'autres troubles psychiatriques Grossman, R. M., & Warshaw, M. G. (1995). La troisième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-III) de l'American Psychiatric Association a officiellement reconnu le trouble panique comme un diagnostic distinct. Elle a également classé le trouble panique comme un trouble anxieux caractérisé par des attaques de panique récurrentes et inattendues et par l'anxiété subséquente liée à la possibilité de subir d'autres attaques. Depuis sa reconnaissance officielle, des recherches considérables ont été menées pour mieux comprendre le trouble panique. Le rôle des neurotransmetteurs, en particulier de la sérotonine, dans le développement du trouble panique a fait l'objet d'études approfondies, bien que de nombreuses critiques subsistent à ce sujet, Klein, D. F. (1964). Des médicaments, tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les benzodiazépines, ont été mis au point et étudiés, dans le cadre d'essais cliniques randomisés, en tant que traitements efficaces du trouble panique. En outre, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et d'autres approches psychothérapeutiques se sont avérées bénéfiques dans la gestion du trouble panique, Nardi, A. E., & Freire, R. C. (2010) également. La recherche contemporaine et la compréhension du trouble panique continuent d'explorer les causes, les facteurs de risque et les options de traitement du trouble panique, y compris le rôle de la génétique, les facteurs environnementaux et l'interaction des différents neurotransmetteurs, Craske, M. G., & Barlow, D. H. (2006), mais il y a eu peu de développements significatifs. Il est important de noter que la compréhension et la reconnaissance du trouble panique ont évolué et que des options thérapeutiques sont disponibles pour les patients.

      Le questionnement stratégique

      Diagnostiquer la panique et l'agoraphobie

      Toutes les personnes qui ont des attaques de panique ne souffrent pas d'un trouble panique. Pour un diagnostic traditionnel du trouble panique, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), publié par l'American Psychiatric Association, énumère les critères suivants.

      - Vous devez avoir des crises de panique fréquentes et inattendues

      - Au moins une de vos attaques a été suivie d'un mois ou plus d'inquiétude permanente à l'idée d'avoir une autre attaque ; de peur continue des conséquences d'une attaque, comme perdre le contrôle, avoir une crise cardiaque ou "devenir fou" ; ou de changements significatifs dans votre comportement, comme éviter les situations qui, selon vous, pourraient déclencher une attaque de panique.

      - Vos attaques de panique ne sont pas dues à la consommation de drogues ou d'autres substances, à un problème médical ou à un autre problème de santé mentale, comme la phobie sociale ou les troubles obsessionnels compulsifs.

      Étiologie stratégique

      L'Organisation mondiale de la santé définit le trouble panique comme une pathologie importante qui touche jusqu'à 20 % de la population mondiale, les femmes étant deux fois plus susceptibles d'être touchées que les hommes.  Le trouble panique évolue par des tentatives progressives de contrôle de nos réactions naturelles et spontanées face à une menace perçue. Cette tentative de contrôle semble généralement fonctionner pendant un certain temps, jusqu'à ce que la personne subisse sa première perte totale de contrôle, Nardi, A. E., & Freire, R. C. (2010). Ce sentiment écrasant de panique et d'excitation psychophysiologique qui dépasse la limite normale est perçu comme un épisode véritablement effrayant et qui met souvent la vie en danger.  Les tentatives infructueuses d'éradication de la peur créent un problème en spirale qui devient un cercle vicieux de réponses et de perceptions, qui se rigidifie encore plus avec la répétition des solutions inutiles.  L'hyper-vigilance permanente de la personne à l'égard d'elle-même, de sa respiration, de son rythme cardiaque, de son équilibre, etc., ainsi que son désir de contrôler toute altération de sa physiologie, précipitent la peur même que le patient cherche à contrôler. À ce stade, nous pouvons dire que le génie est sorti de la bouteille et que le système d'excitation naturel du corps est déclenché. Plus le niveau de contrôle que l'on cherche à imposer à ses réactions corporelles est élevé, plus celles-ci s'aggravent, ce qui conduit à un trouble panique. La solution du patient est devenue son problème, et son problème est devenu sa solution. Il est pris au piège et toute tentative de le résoudre par le contrôle est vouée à l'échec. Cette peur de la panique et, plus tard, la peur qu'elle se produise quand le patient est seul et à l'extérieur, induisent l'agoraphobie, voire la claustrophobie accompagnée d'attaques de panique.

      L'agoraphobie

       Dans le cas de l'agoraphobie, une dynamique relationnelle est introduite et le patient cherche généralement de l'aide et se tourne vers toute personne susceptible de l'aider en l'accompagnant dans les situations sociales auxquelles il peut être confronté. Comme indiqué précédemment, tout comportement humain est une forme de communication, et chaque fois qu'une personne cherche de l'aide et l'obtient, elle s'enferme dans une double contrainte, Watzlawick et al. (1967). Chaque fois que quelqu'un l'accompagne, "elle confirme qu'elle est en sécurité parce qu'elle a de l'aide, mais elle confirme aussi qu'elle est incapable parce qu'elle a besoin d'aide" et donc sa solution alimente son problème, ce qui pousse sa phobie à de nouveaux extrêmes, Gibson, 2021 ; Barlow, D. H. (2002). Certaines personnes souffrant de trouble panique ont un lieu ou une situation claire et distincte qui déclenche la peur, et d'autres semblent vivre dans la crainte constante de ce fantôme qui les effraie à tout moment, vivant leur vie comme un soldat sur un champ de mines qui anticipe perpétuellement une perte de contrôle. Un traitement efficace nous permet d'agir sur les mécanismes décrits ci-dessus, de bloquer rapidement le problème et de résoudre le trouble, souvent en 7 à 10 séances. La panique est souvent diagnostiquée à tort comme un trouble anxieux généralisé, alors qu'en réalité il n'y a pas de perte totale de contrôle typique de la panique dans le trouble anxieux généralisé. Dans le trouble anxieux généralisé, l'état d'excitation est constant, mais il y a rarement, voire jamais, de point de basculement dans la peur. La panique telle que nous l'avons définie est caractérisée par une forme extrême d'excitation de la peur, qui devient pathologique et nécessite donc une aide professionnelle lorsque la personne est bloquée par le problème - en dépit de ses tentatives personnelles permanentes pour le résoudre, Klein, D. F. (1993). Dans notre diagnostic stratégique, nous concentrons notre attention, non pas sur la description du problème, mais sur l'intervention sur son fonctionnement et sur la façon dont nous pouvons intervenir dans les tentatives de solution du patient.

      Réservez une consultation en cabinet à Paris Montorgueuil ou à distance en visio-conférence

      Nous recevons nos patients du lundi au vendredi. 
      Pour prendre un rdv vous pouvez nous appeler au +33 (0) 1 48 07 40 40 
      ou au +33 (0) 6 03 24 81 65 ou bien encore le fixer directement en ligne
      en cliquant ici :

      Tentatives infructueuses de résolution du trouble panique

      - La tentative d'éviter les situations de peur nous rend moins capables d'affronter ce monstre qui consume notre pensée et notre comportement et augmente notre peur des situations évitées.

      - La recherche d'aide et de protection, qui provoque en même temps le sentiment de sécurité, mais qui alimente ensuite la perception de la peur. En déléguant nos peurs à d'autres, nous devenons totalement incapables d'affronter ces situations seuls et nous alimentons ainsi notre sentiment de dépendance et d'incapacité. 

      - La tentative permanente et continue de contrôler ses réactions physiologiques à la peur conduit paradoxalement à une perte totale de contrôle de ses réactions naturelles.

      Solutions stratégiques

      Éviter-éviter

      La résolution implique que le thérapeute agisse sur le comportement d'évitement tel que nous l'avons décrit. Pour ce faire, nous utilisons une série d'interventions suggestives capables de distraire la personne pendant les situations redoutées, ce qui conduit le patient à adopter des mesures de contre-évitement. Enfin, nous interrompons leur tentative de supprimer volontairement leurs réactions spontanées. Nous utilisons également l'intervention du journal de bord (voir ci-dessous) (Gibson, 2019, Nardone, 2002, 2003, 2007, Portelli et Nardone, 2007). Cette intervention a été conçue de manière à ce qu'avec un effort minimal, nous puissions produire un détachement émotionnel de la situation et créer une nouvelle capacité de la part du patient à mieux gérer sa situation. 

      Le pire des fantasmes

      La tentative de contrôle, qui conduit à la perte de contrôle, est au cœur des attaques de panique. Il est donc nécessaire d'introduire une technique capable d'intervenir avec succès dans les attaques de panique en l'absence d'une source de menace réelle. Ceci est particulièrement vrai dans les cas où la menace effrayante ne vient pas de l'extérieur mais émane de la peur de la peur qui déclenche l'escalade paradoxale de la panique. La technique du "pire fantasme" est le fruit de nos recherches continues en milieu clinique et est basée sur les effets réels et concrets des interventions paradoxales. Il s'agit d'interventions qui semblent aller à l'encontre de l'objectif que l'on cherche à atteindre. Nous demandons au patient de produire activement ses symptômes dans le cadre d'un rituel quotidien. Le "pire fantasme" prévoit que le patient prenne 30 minutes par jour pour provoquer une crise de panique. Il s'agit de prendre le contrôle ou de perdre le contrôle pour le retrouver. En général, cela a deux effets possibles. Soit la personne peut produire la peur qui s'atténue avec le temps, éliminant ainsi sa peur par accoutumance, soit elle éprouve l'effet paradoxal de ne pas pouvoir produire la peur. Dans ce cas, le patient constate qu'il est mieux à même de faire face aux situations qu'il craignait auparavant.

       

      Tentatives de résolution du trouble panique

       

      Journal de bord de l'anxiété

      Cette intervention est la plus efficace pour les personnes qui deviennent trop conscientes et anticipatrices, évitant ainsi leurs peurs qui peuvent déclencher la panique. Dans le cadre de cette intervention, le thérapeute demande au patient de poursuivre sa vie quotidienne comme d'habitude, mais d'emporter avec lui le journal de bord qui nous aidera à suivre et donc à comprendre ce qui lui arrive dans ces moments critiques. Chaque fois qu'il ressent une peur, il doit rapidement sortir le journal et remplir le tableau suivant : date et heure, lieu et personne(s), situation et pensées, symptômes, réactions. L'intention réelle de cette tâche est de déplacer leur attention de leur peur vers la tâche, ce qui leur permet de mieux gérer ce moment difficile, par eux-mêmes. Cette intervention conduit à une expérience émotionnelle corrective entre les sessions dans la vie de tous les jours. Ce que nous découvrons généralement, c'est que non seulement la personne revient à la séance suivante avec la tâche accomplie, mais que le plus souvent ses épisodes de panique ont considérablement diminué (il n'est pas rare qu'ils soient réduits à zéro) et qu'elle se sent différente face à sa situation. Ce changement émotionnel est très important pour notre travail, car ce n'est qu'une fois que la personne a ressenti un sentiment de changement que nous pouvons commencer à introduire d'autres situations dans lesquelles elle peut se mettre au défi, mais elle commence de toute façon à le faire spontanément.

      La peur de l'aide

      La recherche et l'intervention stratégiques sur les troubles phobiques et obsessionnels (Gibson, 2022, Portelli et Nardone 2007, Nardone, 1996) ont montré que, lorsqu'une personne demande de l'aide et la reçoit, cette solution confirme et nourrit son problème. Pour interrompre rapidement ce cercle vicieux, nous avons prouvé un recadrage stratégique de leur solution apparemment utile :

      ''Eh bien, tout d'abord, il y a quelque chose à laquelle je veux que vous réfléchissiez pendant la semaine à venir. Je veux que vous pensiez que chaque fois que vous demandez de l'aide et que vous la recevez, vous recevez simultanément deux messages. Le premier message, évident, est "Je t'aime, je t'aide et je te protège". Le second message, moins évident mais plus fort et plus subtil, est "Je t'aide parce que tu ne peux pas t'en sortir tout seul et que tu seras malade si tu restes seul". Notez bien que je ne vous demande pas d'arrêter de demander de l'aide car je sais bien qu'en ce moment vous n'êtes pas capable de ne pas demander d'aide. Je vous demande seulement de penser que, chaque fois que vous demandez de l'aide et que vous en recevez, vous contribuez à maintenir et à aggraver vos problèmes. Mais s'il vous plaît, ne faites pas d'effort pour éviter de demander de l'aide, parce que vous n'êtes pas encore capable de ne pas demander d'aide. La seule chose, c'est qu'à chaque fois que vous demandez de l'aide et que vous en recevez, vous contribuez à aggraver les choses".

      Ainsi, même si leur aide semble au départ avoir des effets bénéfiques, elle conduira finalement à une aggravation de leur trouble. La technique utilisée ici est celle de la peur contre la peur. La peur d'augmenter la gravité du problème est bien pire que les peurs qui poussent constamment la personne à demander de l'aide. La peur est vaincue par la peur, comme le dit l'adage latin : "Ubi major minor cessat".

      La peur de l'aide

      Quelques questions utiles

      Lorsque vous paniquez, avez-vous peur de mourir ou de perdre le contrôle ? (phobie ou obsession)

      Lorsque vous paniquez, faites-vous face à la situation ou avez-vous tendance à l'éviter ? (tentative de solution)

      Si vous devez vous confronter, le faites-vous seul ou incluez-vous d'autres personnes ? (dynamique relationnelle)

      Lorsque vous fuyez une situation, avez-vous tendance à en parler ou non ? (dynamique relationnelle)

      La panique survient-elle dans une situation spécifique ou peut-elle se produire n'importe où ? (phobie générale ou spécifique ?)

      Étude de cas

      Cette étude de cas présente l'histoire de Maria, une femme de 47 ans à qui l'on a diagnostiqué un trouble panique. Le trouble panique est un type de trouble anxieux caractérisé par des attaques de panique récurrentes et inattendues et une peur persistante de futures attaques. Cette étude de cas vise à fournir une compréhension approfondie des expériences de Maria, de ses symptômes et de son parcours de traitement.

      Informations générales

       Maria est une brillante responsable marketing qui mène une vie professionnelle exigeante. Elle a une famille qui la soutient et un groupe d'amis proches. Au cours de l'année écoulée, Maria a connu des épisodes soudains et intenses de peur et de malaise, accompagnés de symptômes physiques tels que l'accélération du rythme cardiaque, l'essoufflement, les tremblements et les vertiges. Ces épisodes, connus sous le nom de crises de panique, ont commencé à avoir un impact sur son fonctionnement quotidien et sa qualité de vie en général. Les crises de panique de Maria surviennent généralement sans déclencheur apparent et peuvent se produire à tout moment. Elle décrit ces épisodes comme étant accablants et terrifiants, avec un sentiment de malheur imminent. Les symptômes physiques sont si intenses qu'elle craint souvent d'avoir une crise cardiaque ou de perdre le contrôle. En conséquence, elle a développé une peur des sorties en public, des endroits bondés ou des situations où il serait difficile de s'échapper. Les crises de panique de Maria sont devenues de plus en plus fréquentes, se produisant au moins une fois par semaine. La peur d'avoir une nouvelle crise de panique l'a amenée à éviter diverses activités, telles que les réunions sociales, les centres commerciaux ou même la conduite sur autoroute. Elle a également remarqué un impact significatif sur ses habitudes de sommeil, éprouvant souvent des difficultés à s'endormir en raison de ses craintes d'avoir des crises de panique. 

      Résultats

       Au cours de la thérapie, Maria constate une amélioration de ses symptômes et une réduction de la fréquence et de l'intensité de ses crises de panique. Elle devient plus confiante dans la gestion de son anxiété et développe des stratégies d'adaptation efficaces. Maria reprend progressivement ses activités quotidiennes, y compris la socialisation et la participation à des situations qu'elle évitait auparavant. Avec le soutien continu de son thérapeute, Maria continue de travailler à son rétablissement à long terme et à la prévention des rechutes.

      Impact sur la vie

      Le cas de Maria met en évidence l'impact du trouble panique sur la vie quotidienne d'un individu et l'importance d'une intervention précoce et d'un traitement approprié. Grâce à une combinaison de psychothérapie, de médicaments et de modifications du mode de vie, Maria parvient à contrôler ses symptômes de panique et à améliorer sa qualité de vie. Cette étude de cas démontre l'efficacité d'une approche globale et individualisée dans le traitement du trouble panique, donnant de l'espoir aux personnes confrontées à des défis similaires.

      Bibliographie

      1.         Association américaine de psychiatrie. (2013). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (5e éd.). Arlington, VA : American Psychiatric Publishing.

      2.         Barlow, D. H. (2002). Anxiety and Its Disorders : The Nature and Treatment of Anxiety and Panic. Guilford Press.

      3.         Craske, M. G., & Barlow, D. H. (2006). Mastery of Your Anxiety and Panic : Therapist Guide for Anxiety, Panic, and Agoraphobia. Oxford University Press.

      4.         Gorman, J. M. (1996). Panic Disorder and Its Treatment. Journal of Clinical Psychiatry, 57(Supplement 10), 39-45.

      5.         Grossman, R. M., & Warshaw, M. G. (1995). Panic disorder. Harvard Review of Psychiatry, 2(2), 89-101.

      6.         Kessler, R. C., Chiu, W. T., Demler, O. et Walters, E. E. (2005). Prevalence, severity, and comorbidity of 12-month DSM-IV disorders in the National Comorbidity Survey Replication. Archives of General Psychiatry, 62(6), 617-627.

      7.         Klein, D. F. (1964). Delineation of two drug-responsive anxiety syndromes. Psychopharmacology Bulletin, 1(1), 13-19.

      8.         Klein, D. F. (1993). Les fausses alarmes de suffocation, les paniques spontanées et les états apparentés : An integrative hypothesis. Archives of General Psychiatry, 50(4), 306-317.

      9.         Nardi, A. E. et Freire, R. C. (2010). Panic disorder and social anxiety disorder. The British Journal of Psychiatry, 197(1), 6-7.

      10.       Nardi, A. E., & Stein, D. J. (Eds.). (2012). Handbook of Anxiety Disorders (Manuel des troubles anxieux). Springer.

      11.       Watzlawick, P., Jackson, D et Beavin Bavelas, J. (1967). On Human Communication : A Study of Interactional Patterns, Pathologies, and Paradoxes. Norton.

      12.       Watzlawick, P., Weakland, J. et Fisch, R. (1974). How Real Is Real? : Confusion, Disinformation, Communication. Norton.

      13.       Watzlawick, P., Weakland, J., et Fisch, R. (1974). Change : Principles of Problem Formation and Problem Resolution. Jossey Bass. 

      14.       Watzlawick, (1984). The Invented Reality : How Do We Know What We Believe We Know ? Norton.

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Sauvegarder
      Choix utilisateur pour les Cookies
      Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
      Tout accepter
      Tout décliner
      En savoir plus
      Unknown
      Unknown
      Accepter
      Décliner
      Marketing
      Ensemble de techniques ayant pour objet la stratégie commerciale et notamment l'étude de marché.
      Google
      Accepter
      Décliner
      Analytics
      Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
      Google Analytics
      Accepter
      Décliner
      Functional
      Outils utilisés pour vous apporter des fonctionnalités lors de votre navigation, cela peut inclure des fonctions de réseaux sociaux.
      Hotjar
      Accepter
      Décliner