Lact - Représentant Ecole Palo Alto

Représentant
École de Palo Alto

Centre de formation, intervention et recherche

Approche systémique stratégique et hypnose

      La dysmorphophobie ou le trouble dysmorphique du corps (TDC)

      Une peur moderne de notre propre image

      Padraic Gibson, PhD

      Padraic Gibson est psychologue, thérapeute familial et superviseur. Il travaille en Irlande, en Italie, en France et à Malte. Il est associé principal à la recherche et chargé de cours chez LACT, à la Dublin City University et directeur clinique de La clinique des TOC / The OCD Clinic®.

       

      La dysmorphophobie, qu’est-ce que c’est ?

      L'image que nous avons de nous-mêmes est liée à ce que nous ressentons et à notre apparence. Cette image concerne tout le monde à un moment ou à un autre, étant donné la nature de l'évolution humaine et nos processus sociaux, et nous avons tous un point de vue sur la façon dont nous sommes perçus en tant qu'objets sociaux. Nos aversions normales influencent nos sentiments mais nous bloquent rarement dans notre vie quotidienne. Les médias sociaux, la télévision, les films et les publicités jouent tous un rôle dans la façon dont nous nous comparons à ceux qui nous entourent. Tous ces aspects de la vie sociale ont un impact sur la façon dont nous nous sentons par rapport à notre image corporelle. Nous vivons actuellement dans une culture qui accorde une grande importance à l'image, aux régimes et à la forme physique. On s'attend à ce que les gens aillent régulièrement à la salle de sport, et pas toujours pour les bienfaits de la santé. 

      La dysmorphophobie en chiffres

      La dysmorphophobie semble être relativement courant. Selon certaines études, entre 0,7 % et 2,4 % de la population générale en serait atteinte. Ce trouble obsessionnel compulsif tend à être plus fréquent en cas de schizophrénie ou d'anorexie, bien que certaines études portant sur des personnes ne souffrant d'aucune maladie diagnostiquée aient montré qu'environ 2 à 13 % d'entre elles en souffraient. La dysmorphophobie est communément rencontré dans les milieux cliniques et les services de dermatologie montrent qu'entre 3% et 53% des patients en souffrent. Dans les services de chirurgie esthétique, 8 à 37 % des patients en souffrent, mais les personnes souffrant de troubles obsessionnels compulsifs (TOC) présentent également des tendances dysmorphiques, bien que dans 11 à 13 % des cas, la phobie sociale soit un facteur contributif majeur.

      La dysmorphophobie, qu’est-ce que c’est

      Société et dysmorphophobie

      Lorsque les patients viennent dans notre clinique, nous avons observé que ce trouble présente un schéma interactif très similaire à celui de nombreux autres troubles phobiques et obsessionnels (Gibson, 2021). Avec les options croissantes d'intervention et les progrès apparemment sans fin de la chirurgie esthétique, ceux qui désiraient ardemment modifier leur apparence peuvent désormais le faire.  Bien que la croyance selon laquelle cela les rendrait plus attirants, a peu de preuves pour le prouver (sauf dans le cas de dommages matériels de défauts de naissance particuliers). Dans les sociétés occidentales, hommes et femmes ont recours à la chirurgie plastique. Toutefois, si elle s'est révélée être une science indispensable dans les situations de reconstruction, si elle est utilisée à l'excès et souvent de manière inappropriée, les pires effets peuvent être observés dans n'importe quel magazine people. Comme tout médicament, la chirurgie devient toxique si elle est prise à la mauvaise dose. Les patients qui sont obsédés par un aspect spécifique de leur corps refusent de s'accepter tels qu'ils sont, leur attention étant concentrée de manière obsessionnelle sur leur "imperfection" perçue. Lorsqu'ils se sentent prisonniers de cette perception, ils vivent leur vie comme un enfer, tourmentés tout au long de la journée par leur propre image. Il convient également de noter que cette obsession a tendance à se transformer en panique, même à la vue de leur propre image dans un miroir ou sur une photographie. Tragiquement, une personne souffrant de cette manière place une confiance incroyable dans la chirurgie esthétique, qui est rarement réalisée.

      Réservez une consultation en cabinet à Paris Montorgueuil ou à distance en visio-conférence

      Nous recevons nos patients du lundi au vendredi. 
      Pour prendre un rdv vous pouvez nous appeler au +33 (0) 1 48 07 40 40 
      ou au +33 (0) 6 03 24 81 65 ou bien encore le fixer directement en ligne
      en cliquant ici :

      Signes et symptômes de la dysmorphophobie

      Signes et symptômes de la dysmorphophobie

      • Préoccupation extrême pour un défaut d'apparence perçu qui, pour les autres, ne peut être vu ou semble mineur.
      • La forte conviction que vous avez un défaut dans votre apparence qui vous rend laid ou difforme.
      • La conviction que les autres portent un regard négatif sur votre apparence ou se moquent de vous.
      • Adopter des comportements visant à corriger ou à cacher le défaut perçu, auxquels il est difficile de résister ou de contrôler, comme se regarder fréquemment dans le miroir, se toiletter ou se gratter la peau.
      • Tenter de dissimuler les défauts perçus par le style, le maquillage ou les vêtements.
      • Comparer constamment son apparence à celle des autres
      • Chercher fréquemment à être rassuré par les autres sur son apparence
      • Avoir des tendances perfectionnistes
      • Recourir à des procédures cosmétiques sans grande satisfaction
      • Éviter les situations sociales

      La dysmorphophobie dans la l’approche systémique

      Le systémicien Dr. Padraic Gibson nous éclaire sur le traitement de la dysorphophobie par la thérapie brève systémique. Padraic Gibson est thérapeute familial et superviseur. Il travaille en Irlande, en Italie et à Malte. Il est associé principal à la recherche et chargé de cours à la Dublin City University et cofondateur de la Clinique des TOC et des troubles anxieux (OCD Clinic®).

      Il est important de souligner que, dans la plupart des cas, l'”imperfection" perçue est en fait inexistante ou insignifiante. La conviction pathogène d'avoir une déformation esthétique inacceptable est devenue une fixation mentale pour la personne. Il convient également de noter que ces défauts sont souvent "découverts" par les patients en réponse à des problèmes sociaux ou relationnels. Dans notre clinique, nous voyons des patients qui ont un profond sentiment d'insécurité utiliser cette explication pour donner un sens à leurs problèmes sociaux. Leur esprit obsessionnel s'accroche à ce "défaut" comme moyen d'expliquer les fondements de leurs problèmes sociaux. La tragédie, c'est qu'ils souffrent de l'illusion qu'une fois le défaut supprimé ou modifié, tout se remettra miraculeusement en place, mais nous voyons rarement cela se produire. La réaction en chaîne corrective qui s'amorce implique généralement une série de chirurgies correctives, avec une insatisfaction toujours plus grande de leur image et un sentiment croissant d'isolement social ou de dégoût de soi. Les humains peuvent toujours trouver quelque chose de plus à travailler, car l'esprit contemple l'illusion de la perfection. L'illusion de maîtriser son problème et la conviction que la chirurgie est son seul plan d'évasion piègent le patient dans un jeu sans fin et le processus devient incontrôlable.

      Le fonctionnement dysfonctionnel de la dysmorphobie

      Comme dans le cas des troubles obsessionnels compulsifs, la solution que les patients appliquent dans le cadre de la dysmorphophobie se transforme en un nouveau problème, qui finit par exiger une autre "nouvelle solution", qui à son tour crée un autre problème, et ainsi de suite. Cette escalade sans fin, conduit à des effets concrets réels et tragiques, par exemple de véritables déformations, détruisant l'harmonie naturelle qui existait dans l'image unique de la personne. Les effets sont souvent dévastateurs dans ces cas et nous voyons des patients souffrir de périodes d'isolement social intense, souvent pour éviter les crises de panique déclenchées par leur peur de la critique sociale et du jugement et du rejet potentiels par les autres. À ce stade, la famille et les proches s'impliquent davantage et ont tendance à accompagner les malades dans de nombreuses situations où ils craignent de paniquer.  Même si les proches comprennent clairement que le problème du patient est psychologique et non physique, ils finissent par accepter la nécessité d'une intervention chirurgicale supplémentaire. Il est également important de noter que les conversations avec les proches et les tentatives de rassurer la personne sur sa beauté naturelle, conduisent le patient à devenir de plus en plus paranoïaque et sceptique sur la façon dont lui-même et les autres le perçoivent. Il commence même à croire que les autres lui mentent. Tout ce qui précède rend ce problème difficile à traiter, et les patients ne suivent souvent une thérapie que longtemps après avoir subi de nombreuses chirurgies ou interventions, ce qui est une réalité malheureuse et tragique. Au cours de la thérapie, le clinicien ne doit pas tenter de persuader rationnellement la personne d'interrompre son parcours actuel par une intervention chirurgicale, car cela ne fera qu'accroître sa résistance à une solution thérapeutique. Le clinicien doit lentement l'aider à voir que ce qui semble lui avoir donné un moyen de contrôler son problème, crée maintenant un problème encore plus grand, qu'il ne peut malheureusement plus contrôler.

      Points clés sur la dysmorphie corporelle

      Le trouble de la dysmorphie corporelle a des conséquences réelles et graves : 

      • Il rend les gens si préoccupés par leur image que cela interfère avec leur capacité à fonctionner normalement.
      • La chirurgie esthétique devient une obsession compulsive pour corriger les défauts perçus.
      • L'isolement social est une conséquence réelle de ces chirurgies et de leur manque de confiance croissant. 
      • La dysmorphophobie peut être traitée, mais le clinicien doit disposer de moyens efficaces pour persuader la personne de sortir de sa perception dysfonctionnelle et de ses procédures chirurgicales progressives.

      Les formations LACT pour traiter les phobies avec l’approche systémique

      Le traitement des phobies par l’approche systémique est enseigné dans la troisième année du cursus LACT du Clinicien de la Relation et dans le mastère clinique de Giorgio Nardone.

      Points clés sur la dysmorphie corporelle

      Contenus abordés dans la formation sur le traitement des phobies

      •  Monophobies, phobies spécifiques et phobies généralisées
      • Critères diagnostiques pour les monophobies ou phobies spécifiques (DSM-5).
      • Liste des formes les plus courantes de monophobies.
      • Les tentatives de solution dysfonctionnelles liées monophobies, de phobies spécifiques et phobie généralisée.
      • Le traitement des monophobies ou phobies spécifiques en thérapie brève stratégique (stratégie, communication et relation thérapeutique).
      • Explication de la manœuvre thérapeutique "étuder son ennemi".
      • Explication de la manœuvre thérapeutique "carnet de bord".
       formation sur le traitement des phobies

      Je souhaite consulter pour une problématique de dysmorphophobie

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Une équipe de plus de
      50 formateurs en France
      et à l'international

      de nos étudiants satisfaits de
      leur année de formation à LACT*

      Des partenariats internationaux

      La certification qualité a été délivrée au titre de
      la catégorie d’actions suivantes : Action de formation

      Sauvegarder
      Choix utilisateur pour les Cookies
      Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
      Tout accepter
      Tout décliner
      En savoir plus
      Unknown
      Unknown
      Accepter
      Décliner
      Marketing
      Ensemble de techniques ayant pour objet la stratégie commerciale et notamment l'étude de marché.
      Google
      Accepter
      Décliner
      Analytics
      Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
      Google Analytics
      Accepter
      Décliner
      Functional
      Outils utilisés pour vous apporter des fonctionnalités lors de votre navigation, cela peut inclure des fonctions de réseaux sociaux.
      Hotjar
      Accepter
      Décliner