Lact - Représentant Ecole Palo Alto

Représentant École de Palo Alto

Centre de formation, intervention et recherche
Approche systémique et hypnose

Portes Ouvertes en ligne le 10 Février 2023 de 18h30 à 20h30
Venez découvrir nos parcours de formation en approche systémique et hypnose

Inscription newsletter

Le Diagnostic Opératoire Systémique et Stratégique par Jean-Jacques Wittezaele.

Colloque IGB

blog doss witJean-Jacques WITTEZAELE

Le Diagnostic Opératoire Systémique et Stratégique

 

Le DOSS c’est 3 grands types de logiques de tentatives de solutions :

  • Eviter, se replier, renoncer (logique contradictoire)
  • Contrôler, anticiper (logique paradoxale)
  • Définir une ligne de conduite sur base d’une prémisse "fausse" et anxiogène (logique de la « croyance »). 


INTRODUCTION

Pour de nombreuses pathologies nous arrivons à trouver des solutions psychothérapeutiques plutôt que médicamenteuses.

Quels sont les troubles pour lesquels on peut apporter un soulagement durable grâce à un traitement psychothérapeutique.

On ne peut pas projeter le modèle sur les patients.

Est-ce qu’on risque dans ce cas de perdre les spécificités individuelles ?


Manière pour essayer de formaliser cette approche :

Comparaison avec la formation sportive dans les arts martiaux. Si vous apprenez le kung-fu, le karaté ou le judo. Dans ce cas, on apprend des formes ou positions. Puis on acquière des techniques de défense ou d’attaque. Et on sait que quand on se retrouvera face à un partenaire de combat, il faudra utiliser une bonne technique à un bon moment. Et au moment du combat il faudra se laisser guider par l’autre pour l'utilisation et l’enchaînement des techniques.

C’est un peu comme ça que nous envisageons le modèle ou la méthode.

Le DOSS n’est pas un répertoire.

Le DOSS est avant tout un outil de formation pour le thérapeute. Une fois qu’il aura bien intégré les différentes catégories, alors il pourra ainsi intervenir sur le bon déroulement du processus thérapeutique.

 

Les tentatives de solution revisitées

  • L’importance des réactions émotionnelles
  • Découverte des réactions « subies » ou « spontanées »
  • Passage de la notion de « vision du monde » à celle de « perception – réaction »

 

La perception = interface entre l’individu et son milieu

« On connaît les problèmes par les solutions » (Giorgio Nardone) 

 
Eléments qui affectent l’expérience de perception - réactionblog doss3

1) Les comportements et les interactions

2) Les patterns de conduite acquis (le « caractère » de la personne au sens batesonien du terme)

3) Les émotions. Elles :     

  • focalisent l’attention, limitant ainsi le champ perceptif
  • peuvent bloquer la pensée rationnelle
  • préparent à l’action
  • entraînent des changements dans l’expression (faciale, posturale, vocale …)
  • déclenchent une évaluation cognitive, la recherche d’un « sens »

-> Les tâches ont pour objectif de jouer avec le champ perceptif

4) Les réactions physiologiques

5) Les buts et les attentes

6) Les processus cognitifs

« Ce qu’on ne comprend pas nous a capturé » (Richard Moss)

7) L’activité cérébrale spontanée et l’imagination.

 

Les aspects systémiques des tentatives de solution 

  • La dynamique relationnelle
    (ex : double contrainte, relations symétriques ou complémentaires)
  • L’expression sociale des tentatives de solution
  • Les tentatives de solution de l’entourage


Le « problème » c’est donc

le système formé par l’ensemble des tentatives de solution des différentes personnes impliquées dans sa résolution


L’ensemble dynamique de toutes les boucles de perception – réaction  

contribuent à l’homéostasie du système, à son « équilibre non désirable » (Ashby) et s’impliquent mutuellement.

La logique, c’est : Une méthode par laquelle l’homme applique ses connaissances – conscientes ou non – pour résoudre un problème ou pour atteindre un objectif

La structure logique des interactions dysfonctionnelles 

Les patients appliquent différentes « logiques » dans leur recherche de solution, des logiques non adéquates (puisqu’elles ne leur permettent pas de trouver la solution) mais des logiques qui caractérisent leur approche du problème.

En partant des « tâches », on découvre … 

3 grands types de logiques de tentatives de solutions :

  • Eviter, se replier, renoncer (logique contradictoire)
  • Contrôler, anticiper (logique paradoxale)
  • Définir une ligne de conduite sur base d’une prémisse "fausse" et anxiogène (logique de la « croyance »).
    On cherche dans ce cas à nommer, définir le problème.


1- Les tentatives de solution fondées sur l’évitement, le repli, le renoncement

Principe : mettre un terme à la réaction émotionnelle par une réaction globale de retrait immédiat. Cette solution de repli crée un nouvel équilibre très précaire et dysfonctionnel.

 

Principes de l’intervention (logique de l’évitement)

Faire apparaître le lien entre les 2 « moments » : le soulagement immédiat hypothèque la résolution générale du problème

Encourager l’affrontement (direct ou progressif)

 

Types d’évitement :

1. Evitement physique

  • Eviter toute situation anxiogène
  • Cacher un défaut, une faiblesse

 

2. Evitement par attention sélective

  • Echapper à des pensées, à des souvenirs
  • Nier des informations ou des émotions

 

3. Recours à une solution de substitution

  • Les rituels
  • Le recours à une substance
  • Les délires

 

4. Abandonner, céder

  • Céder à des demandes excessives
  • Renoncer à se battre, abandonner.

 

2- Les tentatives de solutions fondées sur le contrôle, l’anticipation (logique
paradoxale) :

Principe : Le patient veut contrôler, exercer une action volontaire, sur un phénomène par nature incontrôlable : le futur, les réaction spontanées, les sensations, le désir, les émotions, les réactions des autres …

Type de contrôle

1 - Par l’action

  • Contrôler sa voix, son écriture, son apparence…
  • Faire ou dire « ce qu’il faut »

 

2 - Contrôler par la pensées

  • Contrôler des pensées
  • Contrôler son corps
  • Provoquer des désirs, des envies
  • Lutter contre des émotions ou des sensations
  • Contrôler ses réactions psychologiques

 

3- Les tentatives de solution pour confirmer une prémisse « fausse » (logique de la croyance)

Principe : problématiques liées à une « pensée dominante », à une croyance qui devient un « postulat ».

 Le pattern de perception – réaction est structuré par une idée rigide associée à une émotion « colère, peur, douleur…) souvent intense, et entraine un processus de
prophétie auto-réalisatrice.

Principe de l’intervention (logique de croyance)

  • Faire baisser l’intensité émotionnelle
  • Accepter et utiliser la croyance pour orienter le patient vers la recherche active de « distinctions »
  • Faire envisager d’autres points de vue «(« comme si », par ex)

 

Types de croyances

1) Pensées infondées à propos de soi-même

  • Un défaut (physique ou psychologique)
  • Une maladie

 

2 Pensées infondées à propos des autres

  • Devoir se défendre d’un « ennemi »     
  • Jalousie morbide

 

3 Pensées infondées à propos du monde en général

  • Idéologies rigides

 

blog doss8

Mots-clés: Palo-Alto, DOSS, Wittezaele

Imprimer E-mail